Mécontents du prix, des producteurs laitiers se mobilisent dans l'Ouest

AFP

Mécontents du prix, des producteurs laitiers se mobilisent dans l'Ouest

Des actions de protestation étaient menées mardi dans la région Ouest, du Finistère à la banlieue de Rennes, par les producteurs laitiers qui bloquaient plusieurs coopératives pour réclamer une revalorisation du prix du lait.

A l'appel de la FNPL, premier syndicat laitier, des dizaines d'agriculteurs bloquaient avec cinq tracteurs la laiterie Even à Ploudaniel (Finistère). "Nous allons bloquer la laiterie tant que nous ne sommes pas reçus par les administrateurs de la laiterie", a déclaré à l'AFP Typhaine Riou, du syndicat Jeunes Agriculteurs (JA).

"Le prix du beurre a doublé mais il n'y a pas d'impact sur nous. Nous souhaitons une meilleure répartition de la valeur ajoutée", a ajouté l'agricultrice. A Cesson-Sévigné, près de Rennes, devant le site Agrial, 25 producteurs de lait étaient sur place, a constaté un journsliste de l'AFP.

"Nous demandons la revalorisation du prix du lait de 30/40 euros les 1000 litres", alors que le lait est acheté par les coopératives en moyenne 305 euros les 1000 litres actuellement, a précisé Florian Salmon, président des Jeunes Agriculteurs d'Ille-et-Vilaine. En pleine pénurie de beurre, "on ne nous incite pas à produire plus. Par le prix, les gens ne sont pas incités à produire", a-t-il regretté.

"Nos coopératives se doivent de montrer l'exemple. Et la loi Sapin 2 n'est pas appliquée, il doit y avoir une transparence sur les marges des différents acteurs", a-t-il encore souligné. Dans les Côtes-d'Armor, une dizaine d'agriculteurs bloquaient la coopérative Laïta à Yffiniac.

"Nous filtrons les entrées et les sorties mais la consigne est donnée de ne pas pertuber la collecte de lait", a précisé à l'AFP Philippe Cherdel, de la FNSEA 22. Une centaine de producteurs laitiers des Côtes-d'Armor avaient déjà mené une action la semaine dernière en bloquant pendant plus de 48 heurs l'usine Sodiaal de Guinguamp.

La FDSEA et les JA réclament dans un communiqué commun "la revalorisation immédiate du prix payé aux producteurs". L'application de la loi Sapin 2 doit "permettre la transparence autour des négociations commerciales", indiquent-ils, en ajoutant que "les éleveurs sont à bout".

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires