Note de conjoncture - Secteur lait : Nouveau recul de la collecte comparée à celle de 2008.

FranceAgriMer

Pour la semaine du 23 au 29 mars, à 2 jours de la fin de la campagne 2008-2009, la collecte française continue de baisser, de 7,9 % (soit un ralentissement du recul comparé à celui des semaines précédentes) par rapport à la même période de 2008. Avec un volume de 457 millions de litres (contre 487 millions en 2008) elle dépasse néanmoins le profil moyen des 10 dernières années qui est de 450 millions de litres. D'une semaine sur l'autre, la courbe de la collecte s'infléchit de 1,4 %. En évolution annuelle, les reculs les plus importants, et nettement au-dessus de la moyenne nationale, sont toujours enregistrés dans les régions de fortes potentialités du grand ouest : 13,4 % en Bretagne, -12,4 % dans les Pays de la Loire, -8,1 % en Basse-Normandie et -8,4 % en Haute-Normandie.
La France s'achemine vers une sous-réalisation qui pourrait être de l'ordre de 1,2 million de tonnes, soit 5 % du quota national. Selon le SSP, le déficit de production sur les dix premiers mois de l'année serait de 1 million de tonnes. La progression des rendements qui avait été de 3,5 % en 2008 par rapport à 2007 risque d'être moins favorable cette année dans un contexte de baisse du prix du lait.

Dans l'UE la collecte est stable. L'Italie serait en dépassement, le Danemark et les Pays-Bas atteindraient leur quota et l'Allemagne enregistrerait une sous-réalisation qui serait, selon ZMP, de 2 % inférieure au quota alloué. Elle est la conséquence de l'arrêt des livraisons en mai-juin dernier.

Sur le marché du beurre frais, la situation est toujours calme, avec des prix d'achat qui, selon les experts, seraient inférieurs à la parité intervention. Ils notent un brutal recul du prix des crèmes, revenu à son niveau de février en quelques jours, sans doute avec la fin des achats pour Pâques. Le signal que vient de donner la Commission lors de l'adjudication du 7 avril en achetant la totalité des quantités offertes (14.612 tonnes) au prix de 2.200 € la tonne sera peut-être déterminant pour la suite. Le stock public de beurre porte ainsi sur 30.891 tonnes dont 5.940 en France, 9.224 aux Pays-Bas, 3.021 en Espagne, autant en Irlande et 2.152 tonnes en Allemagne. Ces pays représentent environ 70 % du total des quantités. En stockage privé les volumes sont de 68.502 tonnes au total, dont 15.393 en France, 18.870 en Allemagne et 24.182 aux Pays-Bas, ces 3 Etats-membres couvrant 85 % du total. La cotation nationale est reconduite à 2.150 € la tonne. Les cotations allemande et néerlandaise sont elle aussi stables, à 2.175 € et à 2.160 € la tonne.

Sur le marché des protéines, le cours du lactosérum en poudre est inchangé à 380 € la tonne. Celui de la poudre de lait écrémé destinée à l'alimentation animale est coté à 1.460 € la tonne.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires