Note de conjoncture - Secteur lait : Poursuite de la baisse conséquente de la collecte

Office de l'élevage / DEP

Pour la semaine du 10 au 16 novembre 2008, la collecte française est à nouveau en baisse très sensible, de 3,9 %, par rapport à la même période de 2007, soit 414 millions de litres contre 431 millions en 2007. D'une semaine sur l'autre, elle est en hausse de 1,2 %. Les manifestations de producteurs et le blocage de camions expliqueraient qu'une partie de la collecte de la semaine 45 soit reportée sur la semaine suivante et donc la reprise en semaine 46.
En évolution annuelle toutes les régions sont en repli, excepté Champagne-Ardenne (+8,4 %) et Franche-Comté (+4 %). Les principales régions de production du grand ouest continuent d'être en forte baisse : -7,7 % en Basse-Normandie, -6,5 % en Bretagne, -4,6 % en Haute-Normandie et dans les Pays de Loire -5,1 %.

La situation dans le secteur reste très tendue, en l'absence d'une orientation nationale sur le prix du lait. Des éleveurs ont vu leur rémunération pour le lait livré en octobre baisser de 6 à 15 %, selon les entreprises ou coopératives. Les positions entre producteurs et industriels se sont durcies, comme en témoigne la journée du 25 novembre, avant une ultime négociation le 1er décembre prochain .

Sur le marché du beurre frais, l'activité reste réduite, avec des prix stables ou en légère baisse, selon les experts. L'enquête hebdomadaire de l'Office de l'élevage fait ressortir un prix d'achat moyen à 2140 € la tonne (-27 € par rapport à la semaine précédente). Dans ces conditions, la cotation nationale est reconduite à 2200 € la tonne. Selon les données ZMP, les cotations allemande et néerlandaise sont stables à 2250 € et 2120 € la tonne.
En ce qui concerne le stockage privé, le stock résiduel français porte sur 7690 tonnes contre 3214 tonnes en 2007. Le stock communautaire se chiffre à 74925 tonnes au 20 novembre 2008 (dont 12468 tonnes en Allemagne, 10861 en Irlande, 19810 aux Pays-Bas).

Sur le marché des protéines, les cours du lactosérum en poudre sont orientés à la hausse : +40 €, à 400 € la tonne. La poudre de lait écrémé destinée à l'alimentation animale n'a pas fait l'objet de cotation. Pour la consommation humaine, les prix sont inchangés, à 1700 € la tonne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires