Note de conjoncture - Secteur lait : Un marché du beurre soutenu par l'intervention et le stockage privé :

FranceAgriMer

La collecte française, pour la semaine du 20 au 26 avril, est de 2,5 % inférieure à celle de la même semaine en 2008, avec un volume de 482 millions de litres contre 494 millions en 2008. La collecte est au même niveau que celle de 2007 (483 millions de litres). La courbe s'infléchit légèrement par rapport au profil moyen des dix dernières années, soit 486 millions de litres. D'une semaine sur l'autre, la collecte est en recul de 0,7 %. En évolution annuelle, les principales régions de production enregistrent des retraits de l'ordre de 4 % : 3,1 % en Bretagne, 3,9 % dans les Pays de Loire, 4,3 % en Basse-Normandie et 3,8 % en Haute-Normandie.
Selon l'estimation de FranceAgriMer, la collecte reculerait de 3 % en mars 2009.
Entre mars 2008 et mars 2009 selon les donnée du SSP, 15 000 têtes supplémentaires de vaches de réforme ont été abattues.
Le climat reste tendu entre les entreprises du secteur qui demandent la révision à la baisse du prix du lait et les producteurs qui veulent sa revalorisation.

Sur le marché du beurre frais, la situation reste difficile, peut-être un peu moins qu'elle ne l'était ces dernières semaines, selon les experts. Le stockage privé et l'intervention publique commencent à porter leurs fruits. Mais il n'existe guère de perspective haussière des prix. Les exportations communautaires marquent une légère reprise en raison de la moindre présence sur les marchés mondiaux des produits de Nouvelle-Zélande et d'Amérique du Sud. La cotation nationale est reconduite à 2 150 € la tonne. La cotation allemande baisse de 10 €, à 2 165 € la tonne tandis que la cotation néerlandaise est stable à 2180 € la tonne.

Le stock communautaire privé, au 26 avril, porte sur 75 445 tonnes, dont 18 041 tonnes en France, 19 938 en Allemagne et 27 086 aux Pays-Bas.

En ce qui concerne le marché des protéines, la tendance est à la baisse du lactosérum en poudre, à 370 € la tonne ( 15 €). La poudre de lait écrémé destinée à l'alimentation animale ne fait toujours pas l'objet de cotation officielle, mais selon les estimations de FranceAgriMer elle serait à 1 444 € la tonne, mais sur un marché sans grande activité.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires