Note de conjoncture - Secteur lait : Un volume de collecte identique d'une semaine sur l'autre.

FranceAgriMer

Pour la semaine du 27 avril au 03 mai, la collecte française est de 2,2 % inférieure à celle de la même période en 2008, avec un volume de 484 millions de litres contre 495 millions en 2008. La courbe de collecte se rapproche du profil moyen des dix dernières années, soit 486 millions de litres. D'une semaine sur l'autre, elle est pratiquement stable (- 0,1 %). En évolution annuelle, les 3 principales régions laitières enregistrent les reculs les plus prononcés : 6,4 % en Bretagne et en Basse-Normandie, - 4,3 % dans les Pays de Loire. Les régions de l'Est connaissent des évolutions positives (+ 5,3 % en Champagne-Ardenne, + 9,3 % en Franche-Comté) qui seraient dues à des conditions climatiques plus favorables à la pousse d'herbe dans les prairies. Ailleurs, le déficit de pluviométrie ou, au contraire, les pluies abondantes ont nui à la qualité des pâturages.

Le climat reste tendu entre éleveurs et industriels quant au prix du lait. Les fiches de paie pour le mois d'avril font apparaître des baisses de l'ordre de 100 € pour 1.000 litres dans certaines régions comparées à celle d'avril 2008. Pour la campagne 2008-2009, le montant de la pénalité pour dépassement de quota (après prise en compte de l'allocation provisoire) est fixé par le ministère à 0,2866 € le litre.

Le marché du beurre frais est dans une phase d'incertitude quant à son orientation. Celle-ci est liée à la baisse de la collecte et à celle du prix du lait. Selon les experts, des prix d'achat se négocieraient à 2.050 € la tonne départ usine. La cotation nationale est reconduite à 2.150 € la tonne. Les cotations allemande et néerlandaise sont elles aussi inchangées, à 2.165 et 2.180 € la tonne.
En ce qui concerne le stockage de beurre, au 07 mai, le stock privé dans l'UE porte sur 78.108 tonnes (dont environ 85 % en France, Allemagne et Pays-Bas). Le stock d'intervention public se chiffre à 50.779 tonnes (dont 78 % environ en France, Pays-Bas et Irlande).

Sur le marché des protéines, les cours du lactosérum en poudre baissent de 10 €, à 380 € la tonne. Ceux de la poudre de lait destinée à l'alimentation animale ne font toujours pas l'objet de cotation, mais selon les estimations de FranceAgriMer ils seraient à 1.434 € la tonne.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires