Nouveaux équipements mobiles de refroidissement du lait en Savoie et Haute-Savoie

FDCL 73 (féd. des coopératives laitières) LAVAL

Nouveaux équipements mobiles de refroidissement du lait en Savoie et Haute-Savoie

Sur nos départements savoyards, et de manière plus marquée sur la Savoie, près de 300 producteurs pratiquent la traite en alpage avec des équipements nécessairement mobiles.

Nouveaux équipements mobiles de refroidissement du lait en Savoie et Haute-Savoie

Un besoin nouveau d’équipements spécifiques sans réelle réponse sur le marché :

Ces dernières années les coopératives de la zone beaufort évoluent d’une situation avec des bidons à la ferme avec collecte en fourgon, vers une collecte en citerne. Les exploitations voient dans le même temps leur taille augmenter et les contraintes de qualité du lait se renforcer, notamment sur la qualité du refroidissement du lait.

L’ensemble de ces évolutions amènent un nombre croissant d’exploitations en zone de montagne à rechercher des équipements de refroidissement du lait performants, mais  qui restent compatibles avec des contraintes de mobilité, tant sur l’alpage que pour l’acheminement jusqu’au point de collecte.

Or dans de nombreuses configurations, l’offre classique des équipements de tanks à lait ne répond pas à ces contraintes. La taille du marché savoyard n’est pas jugée suffisante pour mobiliser les acteurs majeurs du tank à lait sur la mise au point d’équipements spécifiques.

La FDCL a déjà développé un service de commandes groupées de tanks à lait pour les coopératives, permettant un gain sur les coûts d’achats de plus de 200 000 € sur la Savoie depuis 10 ans.

La compétence ainsi développée en interne (notamment coté Savoie et qui s’étend progressivement sur la Haute Savoie), permet aujourd’hui d’identifier des solutions techniques nouvelles qui vont permettre à la fois :

  • de concevoir des équipements performants en terme de vitesse de refroidissement : dans la zone beaufort une seule traite est refroidie sans bénéficier du tampon des 3 voire 5 traites précédentes déjà refroidies (collectes 48 ou 72 h ailleurs en France). La puissance de refroidissement doit permettre de refroidir la capacité totale en une seule fois. On doit donc utiliser des tanks qui bénéficient d’une surface d’échange thermique très importante (et non pas seulement le fond du tank comme c’est le cas sur les équipements actuels)
  • de donner la possibilité d’utiliser une source d’eau glacée, ou de l’eau de puits ou de torrents pour assurer ce refroidissement (échangeurs), gagner sur les coûts d’énergie et éviter l’utilisation de groupes frigorigènes fragiles dans le contexte de mobilité en alpage.
  • de disposer d’un double compartiment  permettant sur le même équipement, de refroidir et stocker le lait de la 1ère traite (lait « froid ») et de stocker le lait de la 2ème traite (lait « chaud »), tout en assurant un seul moyen de transport et une phase de lavage unique.
  • de conserver une mobilité des équipements, pouvant être détachés du véhicule porteur 4x4 pour une meilleure souplesse d’utilisation (en été sur l’alpage et jusqu’au point de collecte de la coopérative, et réutilisation sur le siège d’exploitation en hiver).
  • de s’appuyer sur des techniques relativement simples et robustes pour limiter les coûts de ces équipements spécifiques.
Nouveaux équipements mobiles de refroidissement du lait en Savoie et Haute-Savoie

Un partenariat industriel a été développé

Un partenariat industriel s’est constitué avec un fabricant de tank à lait situé en Grèce et spécialisé notamment dans la fabrication de tanks de petites tailles destinés principalement à l’élevage ovin. Leur gamme initiale de produit et leur volonté de répondre au cahier des charges défini par la FDCL, ont permis de constituer ce partenariat.

L’Union des Producteurs de Beaufort (UPB) et notamment la Coopérative laitière du Beaufortain se sont également beaucoup impliquées pour participer à l’appropriation du projet par les agriculteurs et la définition des besoins.

Refroidissement du lait : la contrainte AOC beaufort est d’atteindre 12° en moins de 3 h après le début de la traite. Refroidissement de la traite du soir uniquement. En traite mobile, au regard des contraintes d’organisation : 12°C environ 15 minutes après la fin de la traite.

Transport du lait : Dans un contexte d’alpage, il faut disposer une citerne solide et adaptable sur remorque ou pick-up. Par ailleurs, les groupes frigorifiques ne peuvent pas quotidiennement être transportés, ils ne supporteraient pas les secousses induites par la circulation sur les chemins. Il n’est donc pas concevable d’utiliser un tank réfrigéré comme citerne de transport.

Nouveaux équipements mobiles de refroidissement du lait en Savoie et Haute-Savoie

Plusieurs configurations ont dû être prises en compte :

  • un tank réfrigéré une traite refroidi le lait de la traite du soir. Si le point de collecte n’est pas sur le site de la traite (traite mobile), le lait refroidi est ensuite transféré dans une citerne mobile. Le tank peut être fixe (sur l’exploitation) ou mobile (suivre le site de traite d’alpage).
    • Le lait est envoyé dans le tank au fur et à mesure de la traite
    • Le lait est collecté dans une citerne au cours de la traite puis dépoté dans le tank pour être refroidi
  • Le lait est collecté dans une citerne réfrigérée par une source froide externe. Le refroidissement peut être envisagé en circuit ouvert (source, torrent) ou en circuit fermé (volume d’eau glacé via un groupe frigorifique fixe). Cette citerne peut être directement utilisée pour le transport du lait. Cette solution est adaptée pour la traite mobile et permet de limiter les opérations de transfert de lait. Elle nécessite cependant une source froide. Celle-ci peut être un tank réfrigéré contenant de l’eau glacée.

    Un travail entrepris entre la FDCL et le partenaire industriel a permis de réaliser des tests de performances énergétiques, résistance et praticité sur prototypes en conditions réelles. Ils se sont révélés probants dans les différentes configurations.

Ce projet débouche sur la création de quatre gammes de produits :

Des tanks réfrigérés :

  • o    tanks une traite en refroidissement à détente directe. 7 volumes proposés de 200 à 800 litres. Ils disposent d’un groupe frigorifique fonctionnent à détente directe lié à la citerne et capable de refroidir le lait dans des conditions satisfaisante. Une difficulté rencontrée lors du développement du produit a été de s’assurer que le lait ne gèle pas en début de traite, ce qui est aujourd’hui résolu. Il est cependant nécessaire que le tank soit chargé à 15% avant le démarrage du groupe frigorifique.

Ils ne permettent cependant pas le transport du lait, les groupes frigorifiques ne supportant pas un déplacement fréquent.

  • o    Des tanks une traite en refroidissement à eau. 7 volumes proposés de 200 à 800 litres. Le tank est équipé d’une double paroi à travers laquelle peut circuler de l’eau, issue d’une source, d’un torrent ou glacée par un groupe frigorifique annexe.

Les tanks peuvent être fixes en étable ou semi-mobile, adossé à la machine à traire mobile. Cependant dans ce second cas des précautions doivent être prises pour les tanks à détente directe afin d’assurer la pérennité du groupe frigorifique lié au tank (supports souples).

Des citernes de transport double paroi,

  • o    simple compartiment. 4 volumes proposés entre 400 l et 1500 l
  • o    double compartiment. 3 volumes proposés entre 2 fois 200 l et 2 fois 750 l

Les citernes sont équipées d’une double paroi à travers laquelle peut circuler de l’eau, issue d’une source, d’un torrent ou glacée par un groupe frigorifique annexe. Ces citernes sont conçues pour être disposées sur pick-up ou sur remorque afin de permettre le transport du lait jusqu’à la coopérative. Ils peuvent également être utilisés l’été en alpage et l’hiver au siège de l’exploitation.

Au printemps 2015, 25 équipements sont en cours d’installation sur la coopérative laitière du Beaufortain.

Des perspectives pour les prochaines années :

Des nouveaux modèles ont été mis au point pour répondre à une plus grande diversité de situations, et notamment augmenter la puissance via une plus grande surface d’échange thermique.

Une quarantaine d’équipements seront commandés en 2015 sur l’ensemble de la zone Beaufort et le déploiement de cette nouvelle gamme va être assuré en partenariat entre la FDCL, l’industriel et les coopératives savoyardes.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires