Nouvelle manifestation devant Lactalis

Anne Sophie LESAGE

Nouvelle manifestation devant Lactalis

Près de 150 producteurs de lait, ont manifesté ce jeudi soir, devant l'usine Lactalis de Sainte-Cécile dans la manche, leur inquiétude face à la nouvelle grille tarifaire mise en place par l’industriel et le manque de transparence dans les relations commerciales.

A l’appel de la FDSEA, près de 150 producteurs s’étaient donné rendez-vous devant l’usine Lactalis de Sainte-Cécile ce jeudi soir, pour un « sitting barbecue ». Les organisateurs veulent dénoncer la mise en place d’une nouvelle grille tarifaire sans consultation des OP, mais aussi le manque de transparence dans les négociations commerciales pourtant imposé par la Loi Sapin 2 et enfin un prix du lait trop bas.

Le déclencheur ? La publication du classement des fortunes françaises dans lequel, Emmanuel Besnier occupe la 8ème place tandis que dans les producteurs de lait peinent encore à joindre les deux bouts. « On se dit qu’il y en a qui s’engraisse sur le dos des producteurs ! » s’inquiète Ludovic Blin, vice-président de la FDSEA de la Manche et président de la section lait.

Grille tarifaire

Pour la nouvelle grille de paiement du prix du lait, Ludovic Blin précise « cela n’a aucune incidence financière sur les producteurs. » le problème vient du fait que Lactalis a « agi sans concertation des organisations de producteurs. » « C’est un coup porté aux accords interprofessionnels ! » La nouvelle grille est dorénavant basée sur des indicateurs de qualité supérieurs à ceux utilisés habituellement. (Anciennement Taux Butyreux : 38 /Taux Protéique : 32 et dans la nouvelle grille : Taux Butyreux : 44/Taux Protéique : 33) Ces nouveaux indicateurs ont pour effet de « gonfler artificiellement le prix de base payé aux producteurs » dénonce les JA dans un communiqué. Ludovic Blin s’interroge « l’entreprise Lactalis veut-elle aller plus loin et mettre en place un prix unique sur le territoire ? »

Manque de transparence 

Autre volet d’inquiétude dénoncé par la FDSEA de la Manche, un manquement face à la transparence exigée par la loi Sapin 2. Pour Ludovic Blin, l’axe fort de la loi, c’est de « renforcer le pouvoir des producteurs dans les négociations commerciales à travers un contrat collectif. » Aujourd’hui, « les OP essaient de renégocier des clauses contractuelles comme la gestion des volumes et sur ce sujet ils n’ont pas de réponse ! »  

La loi Sapin 2 rend également obligatoire « l’indication, dans les contrats commerciaux entre industriels et distributeurs, du prix prévisionnel moyen payé au producteur. » Aujourd’hui ce n’est pas le cas. « On s’est battu pour que la distribution prenne en compte la difficulté des producteurs de lait ! »

Le 2 mars, après la fermeture du Salon de l’agriculture, Thierry Roquefeuil, président de la FNPL a écrit une lettre au Premier ministre, Bernard Cazeneuve, pour dénoncer ce « manque de transparence ». Il y signale que « la production est pris en otage et le flou reste la règle. » Ludovic Blin insiste « on attend des pouvoirs publics qu’ils fassent respecter la loi ! » 

Prix du lait

Après une année 2016 difficile, ou en moyenne le prix payé au producteur oscillait entre 300 et 330 euros les 1 000 litres, les éleveurs avaient fortement espéré une remontée cours pour cette année. « On pensait que 2017 allait permettre de rattraper la trésorerie qui nous manque » mais 2017 a moins bien commencé que prévu. « Le litre moyen a été acheté à 30 voire au mieux 31 centimes d’euros. » Ludovic Blin calcule « si on fait une règle de 3… soit le marché intérieur s’est cassé la figure, soit il y en a qui doivent s’en mettre plein les poches ! » « Il y en a qui s’engraissent sur le dos des producteurs ! » « Certains éleveurs sont très inquiets pour leur avenir. » Ludovic Blin le reconnaît, Lactalis « paie le même prix que son environnement économique.»

Sur le même sujet

Commentaires 6

1584

Anne Sophie vos écrits ne sont ni acceptables ni responsables quant au prix payé en 2016. Les éleveurs sont en droits d'attendre de vous des excuses et la correction de vos"données"'(276 chez lactalis et 278 chez sodiaal en moyenne sur 2016).
Il faut que des OP se mettent en place y compris dans les coop ; Lactalis est fautif mais n'est pas le seul. Les élections approchent et se sont bien les politiques qui sont responsables car la loi sapin 2 n'est pas respectée.

AGRI 22

Et oui ;il faut sans doute en finir avec ces laiteries qui nous plument et créer des nouvelles par lesquelles nous pourrions vendre nos produits laitiers a un prix rémunérateur pour nous et sans plumer les consomateurs

jaimemefairtrair

Lactalis-Sodiaal, dans le même sac. Les coop devraient montrer l'exemple en matière de prix...???

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

l'homme est le seul oiseau qui se laisse plumer plusieurs fois, dit le dicton...

jeje 612

environs 400000 producteurs de lait donc il ne faut pas 150 manifestant mes 150000 devant lactalis et l autre (sodiaal) mais ceci n est qu un reve dommage je me reveille et retourne dans ma misere

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires