Prix du lait : « Il manque entre 5 à 10 euros/1000 litres», selon la FNPL

S C

Prix du lait : « Il manque entre 5 à 10 euros/1000 litres», selon la FNPL

Les producteurs de lait se mobilisent à l’appel de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) ce vendredi 6 décembre. Ils réclament 5 à 10 euros/1000 litres supplémentaires, alors que les cours flambent à l'export et battent des records.

Une journée sans "Président"

Dans la Marne, les producteurs de lait organisent une journée « sans président ». Ils  demandent à 4 grandes surfaces de retirer de leurs rayons les produits de marques «Président » et « Lactel » et colleront sur ces produits des stickers : « les industriels laitiers se gavent, les producteurs en bavent. ». Ces deux marques sont celles du groupe Lactalis, leader français et mondial du secteur laitier. Un groupe qui, selon eux,  impose un prix du lait déconnecté du marché et non conforme aux formules de calcul prévues dans les contrats signés avec les producteurs de lait.

Si le prix du lait payé aux producteurs en 2013 sera l’un de plus élevé depuis l’année 2008, les producteurs de lait affirme qu’  « il n’est toujours pas conforme aux indicateurs économiques de marchés contenus dans les clauses des contrats ». Selon le syndicat, il manque selon les entreprises entre 5 à 10 euros/1000 litres pour atteindre « le prix juste » : celui des contrats, des indicateurs économiques des marchés faisant référence et de la médiation des Pouvoirs Publics.

Quelques gros acteurs dont les deux géants du secteur, Lactalis et Danone, restent sous les 345 euros et les producteurs craignent que les autres  industriels s’alignent  sur eux.  Pour Thierry Roquefeuil, le prix moyen de 341 euros/1.000 litres sur l'année, après un démarrage catastrophique (312 euros en mars) est un trompe-l'oeil qui cache une grande diversité : "Beaucoup de producteurs sont aujourd'hui à 335 euros/1.000l", affirme-t-il.

La FNPL avec le soutien des FDSEA et JA prévoient donc des actions dans une cinquantaine de départements laitiers, ciblant des industriels et coopératives qui ne jouent pas le jeu  ainsi que leurs produits en rayon frais des grandes surfaces.

L'industrie laitière met souvent en avant les difficultés de la négociation avec les distributeurs, arguments dont la FNPL refuse de faire les frais: «Leurs difficultés avec la grande distribution ne peuvent pas se retourner contre nous", s'insurge M. Roquefeuil.

La marge des industriels progresse

L'observatoire des prix et des marges, qui présentait  son 3e rapport mercredi, a souligné que les prix pratiqués par les distributeurs sur l'alimentaire atteignaient les "limites du supportable" pour les producteurs par rapport aux coûts de production. Dans les grandes filières d'élevage, "il n'y a plus rien à grappiller", a prévenu son président Philippe Chalmin.

Quant aux marges des industriels du lait, elles  progressent au premier semestre 2013 dans presque tous les secteurs (lait UHT, yaourt nature marque distributeur et marque nationale, emmental, camembert…) pour atteindre souvent leurs meilleurs niveaux depuis 12 ans (lait UHT, yaourt nature).

Euphorie des marchés laitiers à l’export

L’année 2013 se caractérise par une euphorie des marchés laitiers à l’export. Les entreprises profitent de cette conjoncture favorable. La hausse de la valorisation des produits industriels (beurre et poudre) observée entre 2008 et 2013 affiche un bond de 48%. « Le prix du lait payé aux producteurs dont la détermination est corrélée à cette valorisation devrait donc fortement augmenter », estime  la FNPL. 

Le prix du lait français entre 2008 et 2013 ne devrait augmenter que de 6 euros/1000 litres. En Allemagne, l’augmentation du prix du lait entre 2008 et 2013 sera de 26 euros/1000 litres !

Sur le même sujet

Commentaires 1

ahlala

quand il s'agit du prix du lait on explique que la moyenne est un trompe l'oeil car il y a des disparités et quand il s'agit des cereales on t'explique que tous les cerealiers gagne 70 000euros par mois depuis 30ans massive de robot va pouvoir se poursuivre malgré la crise depuis 2008
la vente

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires