Producteurs : le médiateur propose une hausse de 2,5 cts le litre de lait

Producteurs : le médiateur propose une hausse de 2,5 cts le litre de lait
(DR)

Le médiateur nommé par le ministre de l'Agriculture pour dénouer la crise du lait a annoncé vendredi une hausse de 25 euros/1.000 litres, payés aux éleveurs "dès le mois d'avril" et pour l'année 2013.

Cet accord, proposé à l'issue d'une semaine de discussion avec les éleveurs, les transformateurs et la grande distribution devra encore être confirmé par les parties, précise le médiateur dans un communiqué.  Il prévoit également une "hausse technique" de 3 centimes/litre pour le lait de consommation et de 2 centimes pour le lait incorporé dans les produits laitiers, qui sera payée par la grande distribution.

"Le Médiateur invite l'ensemble des acteurs de la filière à confirmer leur adhésion au dispositif dans les plus brefs délais", afin que la revalorisation envisagée "soit effective dans les premiers jours de mai".

Dans son communiqué, il souligne que "le prix d'achat du lait de vache aux producteurs est depuis le début de l'année 2013 inférieur au prix du lait constaté sur le marché et ne (leur) permet plus de couvrir leurs charges".  La mission de bons offices a donc été conduite "autour des deux principes d'une revalorisation rapide du prix payé au producteur et d'un partage équitable de l'effort financier correspondant entre les transformateurs et la distribution".

Les éleveurs, dont beaucoup menacent de cesser leur activité faute de revenu suffisant, ont pris de plein fouet la hausse des charges dont les prix de l'alimentation animale, de l'ordre de 30%. Les industriels de leur côté se plaignent de ne pas pouvoir négocier avec la grande distribution qui impose selon eux les prix en refusant toute hausse.

Sur le même sujet

Commentaires 1

geo64000

Il est regrettable de voir que tout le monde se renvoie la balle et qu'au final on aboutit à une mesure qui n'a rien de durable sur le long terme. Il faut lire entre les lignes pour se rendre compte que la grande distribution peut mettre fin au dispositif quand elle le souhaite. C'est tout le fonctionnement de l'exploitation laitière qui est à revoir. Aujourd'hui, l'exploitant laitier ne contrôle plus rien sur son exploitation. Mais au lieu de trouver une solution alternative, on se félicite d'une hausse à court terme tout en continuant à équiper les exploitations de robots de traite avec des crédits à long terme pour rembourser...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires