Produire plus : quelles conséquences sur mon élevage ?

Costie Pruilh - Réussir Lait Février 2013

Produire plus : quelles conséquences sur mon élevage  ?
L’augmentation de volume est efficace pour diminuer le coût de la main-d’œuvre aux mille litres. © E. Bignon/archives

Pour se préparer à l’après-quota, faut-il produire plus ? Gagnerai-je plus, à quelles conditions ? Le BTPL souligne la fragilité des plus gros ateliers.

Interrogé par ses adhérents sur les conséquences d’une augmentation de la production laitière, le BTPL a analysé les résultats réels de 290 ateliers lait sur l’année 2011. « En système conventionnel de plaine, une taille d’atelier plus importante a tendance à favoriser très légèrement le prix d’équilibre, et améliore surtout le revenu disponible par unité de main-d’œuvre (UMO) », décrit Michel Deraedt, du BTPL. Cela s’explique essentiellement par une productivité de la main-d’œuvre plus importante (lait produit/UMO). Les systèmes plus productifs à l’unité de main-d’œuvre le sont aussi à l’unité de surface, et ils sont légèrement plus intensifs à l’animal. Ces systèmes sont plus coûteux, moins autonomes, donc plus sensibles aux aléas économiques. Leur marge brute pour mille litres est moins élevée que pour les autres élevages. En outre, de nombreux ateliers où le volume par UMO est élevé, ont un prix d’équilibre supérieur ou égal à 300 euros pour 1000 litres. « Le volume n’est pas une garantie de rentabilité. Et le volume amplifie le résultat final, à la hausse comme à la baisse », prévient Michel Deraedt.
Le BTPL a procédé à des simulations de baisse de prix du lait et de hausse du prix des aliments, de l’énergie et des engrais. Elles montrent que les exploitations où le volume de lait produit par UMO est élevé sont plus sensibles que les autres aux variations des prix des produits et des charges. Et que « les impacts sur le revenu sont amplifiés par le volume, mais aussi par les systèmes de production qui s’intensifient. Ces exploitations sont très favorisées quand les conditions de cours sont bonnes, et fortement pénalisées quand les prix des produits sont faibles alors que les prix des charges sont élevés ».

Des systèmes plus intensifs à la surface et à la main-d’œuvre

Pour conclure, « l’augmentation de volume est efficace pour diminuer le coût de la main-d’œuvre aux mille litres, et a tendance à améliorer le revenu, malgré l’intensification du système de production qu’elle provoque. Par contre, pour être en mesure de riposter aux baisses des prix de vente et aux hausses des prix des charges, il est nécessaire d’assurer, en parallèle, un niveau de prix d’équilibre suffisamment bas par rapport à la recette laitière. Plusieurs voies sont possibles : limiter les pertes de fourrages (échauffement, conservation), d’animaux (mortalité), de lait (mammites et autres pathologies, parasitisme,…) et tous autres gaspillages éventuels, améliorer l’efficacité alimentaire, améliorer le prix de vente du lait (richesse, saisonnalité…), saturer l’outil de production (plus de lait sans investissement nouveau et sans main-d’œuvre supplémentaire)… » Michel Deraedt ajoute que l’augmentation du volume n’est pas la seule réponse. Dans certains cas, l’amélioration du prix d’équilibre, un changement de système, seront plus pertinents.

Capture

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires