Produits laitiers : Grosse dépression sur les marchés mondiaux du lait

Franck Mechekour

Le département Économie de l'Institut de l'élevage décortique dans un récent dossier (1) la crise sur les marchés mondiaux.

« Pour les experts économiques comme pour les opérateurs du secteur, c'était impensable ! Et pourtant, les marchés mondiaux se sont effondrés sur le second semestre 2008 encore plus rapidement et violemment qu'ils s'étaient envolés en 2007. »
Les cours mondiaux du beurre et de la poudre de lait écrémé ont été divisés par deux en quinze mois pour tomber début 2009 « bien en dessous de leur niveau enregistré deux ans auparavant ».

En 2009, la hausse de la production laitière mondiale devrait être moins forte qu'en 2008 avec des prix à la production moins incitatifs, aux États-Unis et en Chine. (P. Le Douarin)

En 2009, la hausse de la production laitière mondiale devrait être moins forte qu'en 2008 avec des prix à la production moins incitatifs, aux États-Unis et en Chine. (P. Le Douarin)

Consommation en berne

Deux phénomènes expliquent cette tendance. D'une part, la production laitière mondiale a retrouvé une croissance « conforme au rythme tendanciel depuis dix ans ». Ainsi, en 2008, elle a progressé de 2,1 % (14 millions de tonnes). L'Asie a réalisé les deux tiers de cette croissance (9 millions de tonnes contre 1 million de tonnes pour l'Union européenne). La production laitière a également « sensiblement rebondi » en Australie et Nouvelle-Zélande.
D'autre part, la demande mondiale s'est tassée pour différentes raisons : forte hausse des prix au détail, effets de la crise financière dans les pays émergents et du scandale du lait frelaté en Chine.
Par conséquent, en 2008, et contrairement à la tendance des dix années précédentes, une part plus importante (environ un tiers) de ces surplus a été transformée en produits industriels faute de débouchés suffisants en produits de grande consommation.
Dans un tel contexte, les économistes de l'Institut de l'élevage expliquent que « le prix du lait à la production va logiquement plonger dans la plupart des grands bassins laitiers et tomber à son bas niveau de 2002 ».
Le prix du lait en Europe sera à la fois tributaire de l'évolution de la collecte et de la demande et d'un facteur politique. Quelle sera la ligne de conduite de la Commission européenne en matière de soutien des marchés ?

Volatilité des marchés

Une chose est certaine, le retournement de conjoncture de 2008 « confirme que la volatilité des marchés, aussi rapide à la hausse qu'à la baisse, n'est plus une vue de l'esprit, mais probablement la conséquence majeure de la libéralisation croissante des échanges qui a pour corollaire le démantèlement des mécanismes de régulation des marchés ».

(1) « Marchés mondiaux des produits laitiers : de l'euphorie à la dépression. »

Source Réussir Lait Elevage Avril 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires