Produits laitiers : les prix mondiaux pourraient baisser au second semestre

Produits laitiers : les prix mondiaux pourraient baisser au second semestre

L'équilibre toujours précaire entre production et consommation de produits laitiers laisse penser que l'éclaircie qu'ont connu les marchés début 2015, avec des prix en hausse, pourrait n'être que de courte durée, indique une étude de l'Institut français de l'élevage (Idele).

En 2014, la production laitière mondiale a rebondi, après deux années de croissance modérée. Très net au premier semestre, ce rebond a rapidement pesé sur les marchés, selon l'étude. Les échanges internationaux ont été relancés au premier semestre 2014 et ont ensuite marqué le pas au second suite à l'embargo russe et à la chute de la demande chinoise, explique l'Idele. La moindre croissance de la production européenne et la reprise des échanges internationaux fin 2014, notamment de la Chine, ont créé une éclaircie sur les marchés début 2015. "Mais elle pourrait bien n'être que de courte durée si la production européenne rebondit au second semestre 2015", assure l'Idele.

Les prix ont connu une hausse temporaire en janvier-février, qui s'est étirée jusqu'à mars avant de retomber en avril. Estimée à 790 millions de tonnes toutes espèces confondues, la production laitière mondiale a progressé de 2,5% en 2014 (+20 millions de tonnes), selon les estimations de l'Idele, c'est à dire plus rapidement qu'en 2012 (+2%) et qu'en 2013 (+1,2%). La croissance, très rapide au premier semestre, s'est ralentie au second.  

Toujours plus de produits laitiers pour la Chine

 
En 2014, la croissance de la production a été modérée en Amérique, tandis que la production européenne et océanienne connaissait un rebond. L'Asie a pour sa part joué un rôle moins central dans la croissance de la production laitière mondiale, avec six millions de tonnes de lait supplémentaires en 2014. Sa contribution à la croissance mondiale a cependant été ramenée de 2/3 en 2012 et 2013 à moins de 40% en 2014, juste devant le continent européen (+4,5 millions de tonnes) grâce au rebond de la production dans l'Europe des 28.

Le continent asiatique, Chine en tête, importe toujours plus de produits laitiers. A lui seul, il a absorbé 60% des échanges internationaux en 2014, selon la FAO, pour couvrir un déficit estimé à 34 millions de tonnes équivalent lait.Le degré d'autosuffisance de l'Asie est passé sous le seuil de 90% "et il ne cesse de s'effriter année après année" selon l'Idele. Malgré cela, laconsommation moyenne par habitant y demeure faible, même si elle progresse régulièrement. "Énormément d'investissements ont été faits partout dans le monde visant le marché chinois, mais la consommation chinoise n'est pas sur une tendance exponentielle", explique Jean-Marc Chaumel de l'Idele. "Elle va continuer à augmenter, mais pas au rythme qu'elle a connu ces dernières années".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires