Prospectives : Le visage de l'élevage laitier « high-tech » se dessine

Franck Mechekour

Les technologies du futur étaient au centre lors du colloque « Quelle agriculture, quelle vache laitière en 2020 », organisé par les contrôles laitiers de Normandie.

Décrire aujourd'hui les nouvelles technologies qui seront déployées dans les exploitations à l'horizon 2020 n'est pas un exercice facile. Christophe Lecomte, directeur adjoint de France contrôle laitier, a cependant réalisé ce travail prospectif à l'occasion du colloque « Quelle agriculture, quelle vache laitière en 2020 », organisé par les contrôles laitiers de Normandie le 22 janvier à Caen. « Le développement d'indicateurs d'alerte pour suppléer ou aider l'oeil de l'agriculteur, et le déploiement des technologies sans fil sont des tendances de fond qui caractérisent les nouvelles techniques qui vont entrer dans les exploitations agricoles », selon Christophe Lecomte.

Le développement des robots de traite (plus de 1500 installés en France fin 2008) et l'accroissement de la taille des exploitations expliquent la tendance au développement d'indicateurs de suivi individuel des animaux. L'identification électronique permettra d'avoir par exemple une alerte insémination, traitement antibiotique ou tarissement dès que la vache entrera en salle de traite. En complément des données fournies par les compteurs électroniques (poids de lait, conductivité…) et les DAC, de nouveaux capteurs vont être proposés pour analyser les composants du lait durant la traite, détecter les mammites ou peser les animaux à la sortie de la salle de traite... « Lorsqu'une vache a des problèmes de santé, elle commence par perdre du poids avant de baisser en lait. » L'usage d'ordinateurs de poche, de téléphones mobiles va se développer pour collecter des informations sur l'exploitation (animaux, cultures, stocks…), lire les identifiants électroniques ou « récupérer et transmettre des informations via internet ».

Identifiants électroniques

Le développement du GPS permettra également de piloter avec plus de précision la fertilisation, l'irrigation… Reste que le plus grand défi pour l'éleveur sera alors de ne pas se laisser submerger par cette profusion d'informations et d'être capable de les valoriser. Une des nouvelles missions des contrôles laitiers sera justement « d'accompagner les éleveurs pour les aider à analyser les informations collectées par les nouveaux équipements ». La standardisation des systèmes pour permettre une bonne circulation et valorisation des informations entre les différents partenaires (éleveur, contrôle laitier, CIA…) sera le second grand défi à relever.
La multiplication des technologies dans les exploitations va également s'accompagner « d'un besoin accru en maintenance, réglage et calibrage des appareils ».

Source Réussir Lait Elevage Mars 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires