Réenrichissement des prairies : Bien réussir un sursemis

Ludovic Vimond

La meilleure période pour réaliser un sursemis correspond à fin août et au mois de septembre. La terre est encore suffisamment chaude et humide pour la germination, et la végétation commence à ralentir sa croissance. Il peut être également réalisé en sortie d'hiver en cas de dégradations pendant l'hiver (sangliers, campagnols, etc). Mais la grande difficulté du sursemis tient à la concurrence entre les espèces en place et les espèces à implanter. Aussi, pour une bonne réussite, il faut freiner le développement des premières et favoriser la mise en place des secondes. Un désherbage sélectif permet d'éliminer les adventices. Certains agriculteurs combinent ce désherbage à une application fortement diluée de glyphosate pour freiner les espèces en place. Un pâturage ou un fauchage ras (5 cm) favorise l'accès à la lumière. Il devra être entretenu au cours de l'année pour éviter l'étouffement des jeunes plants. Enfin, un ou deux passages de herse étrille en position agressive assure un affaiblissement mécanique des espèces en place, élimine les éventuelles adventices grillées et apporte de la terre fine pour le lit de semence. Ces passages de herse étrille, éventuellement équipée d'une lame niveleuse, ont également pour avantage d'étaler les taupinières générées par les taupes et autres campagnols.

Préférentiellement réalisé en fin d'été, le sursemis peut également être réalisé en sortie d'hiver, à la suite de dégradations de ravageurs tels que les campagnols. (L. Vimond)

Préférentiellement réalisé en fin d'été, le sursemis peut également être réalisé en sortie d'hiver, à la suite de dégradations de ravageurs tels que les campagnols. (L. Vimond)

Source Réussir Lait Mars 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires