Réglementation : Un minimum de lait frais dans les fromages canadiens

Emeline Bignon

Trois des quatre plus grands producteurs de fromages canadiens ont déposé une requête en Cour fédérale pour contester la nouvelle réglementation sur la composition du fromage, entrée en vigueur le 14 décembre dernier, indique Thierry Saint Oyant des missions économiques de la zone Alena. « En vertu des nouvelles règles, les tranformateurs sont désormais contraints d'utiliser un pourcentage minimal de lait frais pour fabriquer leur fromage. »

Utiliser moins de dérivés du lait

Les grands producteurs fromagers canadiens ont dès le départ, été hostiles à cette nouvelle réglementation, qui limite leur capacité d'utiliser des dérivés du lait. D'après Radio-Canada, les entreprises Kraft, Parmalat et Saputo estiment que les nouvelles normes leur coûteront 62 millions d'euros. « Cette décision de l'Agence canadienne d'inspection de aliments aura également des répercussions sur le marché canadien du fromage, prévient Yvan Loubier, porte-parole du front commun mené par les trois entreprises. On prévoit, dès la première année, une diminution de 20 % de la productivité dans le secteur fromager canadien. » Pour ces trois transformateurs, les règles entraîneront surtout une augmentation des prix du fromage pour les consommateurs. D'où un risque de perte de marché à terme.
« De leurs côtés, les petits producteurs de fromage croient que la modification des normes pourrait leur être favorable, du moins à long terme », rapporte Radio-Canada.

Source Réussir Lait Elevage Janvier 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires