Risques climatiques : L'assurance récolte change de visage

Emeline Bignon

La campagne 2010 signe la fin des calamités agricoles et ouvre la voie à un système d'assurance multirisques climatique.

Pour 2010, les exploitants vont devoir choisir d'assurer, ou pas, tout ou partie de leurs récoltes. Le dispositif de calamités agricoles pour les céréales a été enterré en 2009. Cela signifie qu'en cas d'aléa climatique aux fortes conséquences sur les récoltes, l'État ne prendra plus en charge l'indemnisation des récoltes. Ce mécanisme est remplacé par un nouveau système d'assurance récolte, dont le coût est pris en charge à hauteur de 65 % par les Pouvoirs publics. « En cas de sinistre, il n'y aura plus aucune compensation des pertes. La seule façon de se protéger est donc de s'assurer », explique Vincent Arzul, de Groupama Loire Bretagne.

Les exploitants doivent apprendre à développer une culture du risque

Comment fonctionne cette nouvelle disposition ? L'exploitant assure des cultures et non des parcelles. « Si l'on choisit d'assurer la récolte de maïs, c'est bien l'ensemble des parcelles en maïs qui devront être assurées. » Ce sont les derniers rendements moyens de l'exploitation qui serviront de base pour évaluer les pertes.


Pour percevoir la subvention, le contrat doit couvrir au minimum cinq risques climatiques : sécheresse, grêle, gel, inondation ou excès d'eau et tempête. « Un contrat qui ne couvre que la grêle ou la tempête ne bénéficiera pas d'aide. » Le niveau de subvention de 65 % s'applique aux contrats qui déclenchent une indemnisation à partir de 30 % de pertes sur la récolte assurée, avec une franchise de 25 %. Celle-ci est au minimum de 25 % mais ne peut dépasser 50 % de la perte subie.
Les assureurs proposent des options complémentaires pour une meilleure prise en charge. Mais attention, le surcoût engendré par ces options facultatives reste entièrement à la charge de l'exploitant.

Source Réussir Lait Juillet-Août 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires