Syndicat européen : L'EMB défend une régulation à la source

Costie Pruilh

L'EMB(1) défend une régulation de la production laitière européenne. « Si on y arrive, il n'y aura plus besoin de réguler les marchés par le stockage, une solution très coûteuse. Le stockage servira juste à équilibrer les variations saisonnières », indique Willem Smeenk, représentant OPL auprès de l'EMB.
La régulation des volumes passerait par des droits à produire, équivalent des quotas. « Ces droits à produire seraient souples, fonction de la demande du marché. Ainsi, le marché pourra rester tendu et les prix pourront rester corrects. Les quotas permettent aussi de maîtriser la localisation du lait. Il faut qu'on arrive à convaincre de la nécessité de cet outil. On a déjà réussi à atteindre le niveau du Copa Cogeca en termes de poids politique. Nous continuerons les actions pour appuyer notre projet », insiste Willem Smeenk.
Le projet de l'EMB repose sur une Agence de régulation européenne, une sorte d'interprofession européenne, qui réunirait des représentants d'éleveurs, de transformateurs, de distributeurs et de consommateurs.

Une des dernières actions de l'EMB : l'oeil qui surveille la réunion des 22 pays pour sauver la PAC. (DR)

Une des dernières actions de l'EMB : l'oeil qui surveille la réunion des 22 pays pour sauver la PAC. (DR)

Une interprofession européenne

« Cette agence, sous l'oeil vigilant de Bruxelles, rassemblerait des informations sur les marchés laitiers, et elle tiendrait compte du coût de revient des éleveurs pour leur assurer un bon prix du lait. Si la régulation fonctionne, le prix du lait peut être d'environ 40 centimes d'euro le litre. S'il y a un risque que les prix dérapent à la hausse ou à la baisse, l'agence donnerait un avis sur la hausse ou la baisse de la production. Il faudrait que ses avis soient suffisamment contraignants pour que toute l'Europe joue le jeu. Les pénalités pour dépassement individuel devront être appliquées par tous les pays. Dans notre projet, les producteurs de lait européens seraient regroupés dans un office du lait, pour avoir un fort pouvoir de négociation politique. Notre projet est finalement proche de celui de Via campesina, et diamétralement opposé à celui du Copa Cogeca, qui parle contractualisation et gestion de la surproduction. »
Le projet de l'EMB s'inspire beaucoup du modèle canadien.


(1) European Milk Board : association des représentants d'éleveurs laitiers de quatorze pays européens.

Source Réussir Lait Elevage Janvier 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires