Une opinion publique anglaise opposée aux grandes fermes laitières

Véronique Lucas - Réussir Lait Novembre 2011

Troupeau holstein au pâturage en Angleterre. (F. Mechekour)
« Les vaches appartiennent aux champs », scandent les opposants aux projets d'agrandissement à grande échelle des exploitations laitières anglaises.

Plusieurs mois après le retrait d’un projet de ferme laitière géante, les acteurs de l’agriculture anglaise tirent les leçons de cette controverse.

Un projet de construction d’une ferme de plusieurs milliers de vaches laitières a retenu l’attention d’une partie de l’opinion publique au cours de l’année 2010, avant d’être retiré en février dernier. Deux agriculteurs (dont l’un est aussi transformateur) ont élaboré ce projet, appelé « Nocton Dairies », de ferme laitière d’une capacité de 8000 VL, soumis aux autorités locales de Nocton Health dans le Nord-Est de l’Angleterre dès 2009. L’ensemble intégrait stabulations, salles de traite, maternité, ainsi qu’une installation de méthanisation pour traiter les effluents. Au gré des soumissions successives du projet à l’administration, la contestation a pris de l’ampleur grâce au relais des réseaux sociaux. Les organisations de protection animale ont mené l’offensive en recueillant des dizaines de milliers de signatures à leurs pétitions aux différents slogans : « Les vaches appartiennent aux champs », « Stop aux vaches en batterie », « Non aux fermes industrielles », etc.

Un milieu agricole aux avis partagés autour de ce projet

En majorité, la grande distribution a manifesté tardivement des désaccords avec ce projet, à quelques exceptions près.  Le principal syndicat agricole du pays, la National Farmers Union (NFU), ainsi que l’industrie laitière n’ont cessé de soutenir le projet. Face à la contestation, les promoteurs de Nocton Dairies ont revu leur projet à la baisse et soumis une nouvelle version réduite à 3 700 VL, en novembre 2010. Ils ont finalement jeté l’éponge en février dernier. Les slogans parfois outranciers utilisés par les opposants ont créé un malaise, même parmi les agriculteurs inquiets à la perspective d’une évolution des exploitations vers ce type d’agrandissement à grande échelle. Les arguments des contestataires ont en effet opposé ce type de projet à un « modèle » d’élevage laitier essentiellement basé sur le pâturage. Or l’évolution actuelle des exploitations laitières anglaises vers l’agrandissement réduit la part du pâturage voire tend vers le zéro pâturage pour les VHP.
Une majorité d’agriculteurs s’accorde donc à critiquer le manque de communication adaptée de la part de Nocton Dairies. Ce défaut a donné prise selon eux à une campagne d’opinion qui a accentué le décalage entre les réalités agricoles du pays, et l’image que s’en font les citadins.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires