Ventilateurs : l'enjeu de la consommation électrique

Franck Mechekour

Ventilateurs : l'enjeu de la consommation électrique
Les ventilateurs à flux vertical sont globalement moins gourmands en énergie et sont beaucoup moins bruyants. - © Huesker

La consommation électrique est un des critères de choix d'un ventilateur.

La réduction de la consommation électrique est un objectif commun à toutes les sociétés. Les ventilateurs à flux vertical sont globalement moins gourmands en énergie. « Grâce à la forme des pales, le Ventitec 7-32 peut brasser jusqu'à 713 000 m3 d'air/h pour une consommation électrique de seulement 1,5 kwh quand il tourne à 100 % de sa vitesse. Un programmateur permet d'ajuster la vitesse des brasseurs selon la température dans le bâtiment. Quand il fait 15 °C, le ventilateur tourne à 20 % de sa vitesse maximale. À partir de 24 °C, il atteint sa vitesse maximale. Entre ces deux températures, un variateur ajuste la fréquence de rotation », indique Vincent Petton d'Huesker.

Avec les ventilateurs à flux horizontal, « l'installation de petits ventilateurs (50 à 90 cm de diamètre) avec une puissance électrique de 350 à 700 watts, quand elle couvre bien toute la surface du bâtiment est un bon moyen de diminuer la consommation électrique et le bruit », souligne Jacques Capdeville. Le recours à des variateurs de vitesse est également de mise pour limiter la consommation électrique.

DeLaval a misé sur la structure de son ventilateur DDF1200 pour améliorer l'efficacité et diminuer la consommation électrique. Ce ventilateur sorti en 2016 est disponible en modèle Standard (920 kW - 27 300 m3/h) ou Power (1460 kW- 33 600 m3/h). « Le modèle Power est conçu pour les bâtiments plus confinés et en climat chaud. » Par rapport aux anciens modèles, « Ces ventilateurs sont plus efficaces et moins gourmands en électricité en raison de leur structure arrondie et tubulaire. Cette dernière favorise un effet venturi qui permet de mieux orienter le flux d'air avec une grande portée », selon Marie-Cécile Lanoe de DeLaval. « La meilleure efficacité permet de réduire le nombre de ventilateurs et donc la consommation d'électricité. » Avec le modèle standard, il est possible d'obtenir une vitesse d'air de 2 m/s en installant un ventilateur tous les 14 m (17 m pour le modèle Power). « Pour gérer ces systèmes de manière optimale et réduire la consommation électrique, nous proposons une régulation complète avec, d'ici peu, une gamme de variateurs de vitesse économiques. »

Des variateurs pour contrôler la vitesse

"Nous avons retravaillé nos moteurs il y a deux ans pour diminuer leur consommation et les rendre moins bruyants (gain de 3 décibels (63 dB), soit deux fois moins de bruit perçu)", précise Jean-Marc Cazée d'Orela. Cette société propose également depuis quatre ans des ventilateurs pilotés par un variateur de fréquence. Par ailleurs, la puissance des moteurs n'excède pas 550 watts. À l'unité, ces ventilateurs ne sont donc pas trop gourmands en électricité. Mais pour réaliser un brassage d'air efficace, "il est conseillé d'en installer un environ tous les 15 m. Pour un bâtiment de 70 m de long et 20 m de large, il en faut donc huit ».

Un seul contrôleur de température pour contrôler plusieurs ventilateurs est une des options choisies par Agriest Élevage. « Nous commercialisons depuis l'été dernier un nouveau modèle de ventilateur vertical (Abbifan 140 XXP). Il est équipé d'un moteur magnétique permanent (sans balai) avec variateur intégré. Avec un seul contrôleur de température, on peut contrôler tous les ventilateurs. Cette technologie permet d'économiser entre 40 et 70 % d'énergie par rapport à un moteur traditionnel », assure Anthony Gines. « À pleine puissance, le ventilateur a un débit de 50 000 m3/h avec un moteur de seulement 0,75 kw. » Il délivre une vitesse d'air d'environ 2m/s sur 17 m de longueur et 12 m de largeur (données constructeur - Habbi Aerotech). Le diamètre des pales est de 1,20 m.

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 4

duracuire

allez voir en politique, dans toutes les instances agricoles ...chambre d'agricultures ...syndicats , MSA, DDT, et autres administrations..., il n'en manque pas de "ventilateurs" qui brasse du vent a ne rien faire d'utile

viande

Pour lutter contre le réchauffement climatique il faut mettre les vaches au pâturage, comme ça pas besoin de ventilateur , pas besoin de gros tracteur mélangeuse , pas besoin de tracteur ou d'eau pour le raclage .et beaucoup moins de travail et autant de revenu..

lim

N’importe quoi, mettez vos vaches dehors pas besoin de ventilateur arrêtez d’engraisser tout ses techniciens et marchand de m...

DIGUE3942

c'est le gigantisme des installations qui a besoin de ventilateurs.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires