Vingt mois sur la route des laits d’Orient

Costie Pruilh - Réussir Lait Février 2013

Vingt mois sur la route des laits  d’Orient
Cette femme turkmène égoutte un yaourt. Des fabrications similaires se retrouvent dans toute l’Asie centrale jusqu’en Mongolie. DR

Colette Dahan et Emmanuel Mingasson partent le 6 mars, pour presque deux ans de voyage, de l’Iran à la Suède en passant par l’Inde et l’Asie du Sud-Est. À la découverte d’éleveurs laitiers, de leur vie et de leurs fabrications.

En savoir plus

Vingt mois sur la route des laits  d’Orient
DR

Pour vous abonner à la lettre de voyage (50 euros)
- téléphone : 04 79 71 30 26
- site : www.unansurlaroutedulait.org
- mail : unansurlaroutedulait@hotmail.com
- adresse : 126 rue Dacquin – 73000 Chambéry
Vous pouvez aussi commander le livre Rencontres sur la route du lait (136 pages, 35 euros) à la même adresse.

Habitant en Savoie, Colette Dahan et Emmanuel Mingasson travaillent tous les deux dans le développement agricole. En 2001, à l’occasion d’un congé sabbatique, ils partent découvrir comment on vit du lait de ses animaux en Roumanie, Turquie, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Kazakhstan, Mongolie. « Partis en septembre, nous avons traversé l’Iran et l’Asie centrale en hiver. Ce n’était pas la meilleure époque pour les produits laitiers. » Dans ces pays, les éleveurs laitiers sont souvent des nomades qui suivent l’herbe. Le lait est toujours transformé, les produits sont en majeure partie autoconsommés et le surplus est vendu. Ils élèvent vaches, chèvres, brebis, yacks, chamelles et juments. « Les quantités étant faibles, les laits des différentes espèces sont parfois mélangés pour élaborer les produits laitiers : beurre, lait fermenté, yaourt frais et séché. »
« Cette fois-ci, nous partons au printemps. Nous serons en Iran, première étape de notre voyage, à la pleine saison du lait. Nous passerons l’été en Asie centrale, l’automne en Inde et l’hiver en Asie du Sud-Est. Après le Japon, nous remonterons vers le Nord (Mongolie, Russie, Scandinavie) à la belle saison. En Asie du Sud-Est et au Japon, les habitudes de consommation autour du lait sont récentes. Nous ne pourrons malheureusement pas découvrir la route du lait chinoise. Il est très coûteux et contraignant (taxe, autorisation…) de rouler avec son propre véhicule à travers la Chine. »

Une lettre de voyage mensuelle

Boules

En Ouzbékistan, le kurut est un yaourt salé, égoutté, pressé et façonné à la main, puis séché au soleil pendant quelques jours. Il peut ainsi être conservé jusqu’à l’hiver où le lait est plus rare. On retrouve ce savoir-faire du Moyen-Orient à la Mongolie. DR

Les produits laitiers et les transformations traditionnelles sont à la fois un plaisir pour les papilles de nos deux voyageurs, et un prétexte pour rencontrer la population. « Pour faire un voyage intéressant, il faut avoir le temps, être autonome - d’où le choix d’avoir notre véhicule dans lequel nous pouvons dormir –, et pouvoir communiquer avec les gens. Nous parlons anglais, russe, et nous nous faisons aider par des interprètes. » Pour partager leurs découvertes, Colette Dahan et Emmanuel Mingasson écriront tout au long de leur route. « Nous n’aurons ni téléphone portable, ni blog, trop dévoreurs de temps, qui parasitent l’immersion dans le voyage. » Ils proposent une lettre mensuelle, que le facteur déposera dans la boîte à lettre des abonnés.  

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires