Alain Basquin*, Carrefour : Réorganisation des filières ‘Engagement Qualité Carrefour'

Propos recueillis par Cyrielle Delisle

Après 18 ans d'existence, les filières Engagement Carrefour ont été révisées. Aujourd'hui, elles comptent 18 622 producteurs de viande (bovines, ovines, porcines) dont 12 996 en bovins.

Pourquoi avez-vous décidé de réorganiser les filières Engagement Qualité Carrefour (EQC) ?

Alain Basquin - La filière EQC a souffert. Elle a vécu un peu toute seule et sur les dix dernières années les volumes se sont étiolés. Depuis deux ans, nous avons réellement la volonté de la redynamiser. Avant de la relancer en novembre dernier, nous avons tout révisé. En janvier puis en février 2010, la filière Boeuf EQC a enregistré une augmentation en volume de 19,3 %. Par l'intermédiaire de ce débouché, Carrefour souhaite se positionner en tant qu'acteur responsable. Par cette réorganisation, on espère aussi donner plus de visibilité aux producteurs.

Quels sont les changements pour les éleveurs engagés dans les filières ? Qu'attendez-vous d'eux ?

A. B. - Avec nos filières EQC, nous désirons travailler de manière horizontale entre éleveurs, abatteurs et distributeurs. Dans le cadre de cette démarche, non seulement chacun doit avoir connaissance des problèmes de chaque acteur, mais aussi, chacun doit être force de propositions. En effet, des échanges doivent exister. Carrefour attend une participation plus active des acteurs engagés dans les filières EQC. Le monde agricole doit venir à notre rencontre et nous faire part de ses idées. Par exemple, dans l'Est de la France un club de producteurs s'est constitué et nous fait remonter régulièrement des suggestions.
Autre changement, la mise en place d'une nouvelle plus-value liée à des obligations de résultats. Jusqu'à présent, les plus-values étaient liées à une obligation de moyens définie par le cahier des charges, elle sera couplée à une obligation de résultats.

À quoi correspond cette seconde plus-value et comment sera-t-elle attribuée ?

A. B. - Cette nouvelle plus-value pourra être versée pour chaque animal en fonction de l'obtention d'un objectif de rendement (muscle sur carcasse) par catégorie. Pour cela, Carrefour doit être capable de suivre les résultats de chaque l'éleveur.
Par la suite, nous souhaiterions contractualiser les volumes sur trois ans. La première signature aura lieu en avril pour la filière ovine. Nous voudrions étendre ce principe à toute la filière. Cette contractualisation s'organisera de la manière suivante.
Chaque année, selon nos besoins, nous estimerons mois par mois les quantités nécessaires, puis au sein de chaque groupement leur possibilité. Ce système implique par contre que les éleveurs nous indiquent clairement leur capacité de production. Tous les ans, un réajustement des quantités aura lieu et l'on repartira pour trois ans de notre partenariat. La méthode de tarification sera établie et validée en réunissant l'ensemble des acteurs de la filière. Ceci offrira une meilleure visibilité et plus de transparence.

Comment la nouvelle filière bovine La Rouge des Prés va-t-elle s'articuler autour de l'AOC ?

A. B. - Il faut rappeler que les filières n'ont pas pour vocation de proposer des produits avec AOC ou IGP… mais des produits de qualité accessibles à tous. On souhaite avant tout donner à nos consommateurs la possibilité de manger des produits de leur région. Une cinquantaine d'éleveurs de Mayenne et de Sarthe ont d'ores et déjà signé l'Engagement Qualité Carrefour en race Rouge des Prés. Notre objectif est d'atteindre 200 éleveurs à terme. La commercialisation débutera en juin 2010 dans cinq supermarchés Carrefour Market de la région Pays de la Loire avant d'être étendue à d'autres points de vente de l'enseigne dans cette région.

* Alain Basquin est le directeur des achats, des approvisionnements et du marketing du groupe Carrefour. Il travaille depuis plus de 15 ans dans la grande distribution. Il est aussi président de la Fédération des Entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) au comité métier de la viande et à ce titre il siège à la commission gros bovins d'Interbev.

Source Réussir Bovins Viande Avril 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires