Bilan 2010/2011 : Situation IBR favorable en Creuse

Christian PETIT / Dr Didier GUERIN

Bilan  2010/2011 : Situation IBR favorable en Creuse

La situation très favorable de la Creuse par rapport à l'IBR se confirme et permet des facilitations commerciales précieuses en ces temps difficiles.

Le bilan de la campagne de prophylaxie IBR 2010/2011 montre une situation favorable qui poursuit sa progression. Cela a, notamment, constitué un atout appréciable pour la commercialisation durant cette période difficile. Cependant, des difficultés de « fin de campagne d'éradication » ont été rencontrées, tant en matière d'analyses que de limitation du nombre de cheptels contaminés. Cet article fait le point sur les cheptels négatifs et certifiés, le prochain abordera les problèmes d'assainissement et de contamination.

Une progression continue du nombre de cheptels certifiés

A la fin de la campagne de prophylaxie IBR 2010/2011 (31 mai), les chiffres étaient les suivants :
• 3.022 cheptels dépistés négatifs soit 93,70% du nombre total de cheptels.
• 2.969 cheptels certifiés (sous appellation) soit 92,06% du nombre total de cheptels.
• Cela représente une augmentation de 0,50% du nombre de cheptels certifiés par rapport à la campagne précédente.
Ainsi, la Creuse se maintient et renforce son positionnement dans la dizaine de départements français qui possèdent plus de 90% de leurs cheptels certifiés en IBR.

Un atout précieux pour la commercialisation…

De part les impacts cliniques majeurs qu'ont été observés avec cette maladie et qui subsistent dans les zones où elle est présente de manière endémique, l'IBR est inscrite dans la liste de l'OIE (organisation mondiale de la santé animale). Cela implique des demandes possibles de garantie additionnelles. C'est ce que l'on observe en Europe pour l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, l'Italie (province de Bolzano), la Finlande, la Suède ou la Tchéquie. Le commerce des reproducteurs en France implique de manière presque indispensable la nécessité d'un animal sous appellation IBR. Ces dernières années ont vu un élargissement à la filière du « maigre » de ces demandes en matière d'animaux certifiés IBR, que ce soit en France (ateliers d'engraissement du grand ouest) ou à l'étranger (Algérie du nord ou Europe de l'est). La situation favorable de la Creuse constitue un élément apprécié des opérateurs commerciaux et un atout non-négligeable pour les éleveurs en ces périodes difficiles. Ainsi, GDS Creuse a vu une augmentation des sollicitations de la part des opérateurs commerciaux pour des attestations de certification IBR des cheptels avec plus de 150 demandes pour des exportations (Maroc, Algérie, Ukraine…). Certifier son cheptel au regard de l'IBR aujourd'hui, c'est prendre l'assurance de pouvoir continuer de vendre ses animaux demain ; c'est aussi contribuer à conforter l'image de qualité de nos élevages.

… et pour la gestion sanitaire et économique de son troupeau

La présence en très forte majorité de bovins sous appellation IBR facilite la gestion sanitaire des échanges et, donc, de son troupeau. Les risques de contamination de transport sont ainsi limités et, par voie de conséquence, les risques d'introduction dans son troupeau même s'ils ne sont pas annulés et demandent donc une vigilance particulière (voir prochain article). L'introduction de bovins sous appellation IBR permet ainsi une meilleure maîtrise du risque mais aussi une économie du fait de la nécessité d'un seul dépistage à l'introduction. De plus, lorsque le risque transport est maîtrisé et que le bovin est sous appellation A, une dérogation au contrôle à l'introduction en matière d'IBR peut être demandée. Ainsi pour 2010/2011, 3.215 bovins pour 332 introductions en ont bénéficié. C'est en particulier très intéressant pour des ateliers d'engraissement au voisinage de troupeaux reproducteurs, pour les reprises de cheptels ou les animaux en copropriété.

Une sensibilité accrue des kits d'analyse d'où quelques défauts de spécificité…

Pour la reconnaissance du schéma IBR français, une sensibilité augmentée a été demandée en sérologie de mélange afin de répondre aux critères de l'OIE. De nouveaux kits d'analyse IBR ont été utilisés pour la campagne 2010/2011. Cela a amélioré la sensibilité (aptitude d'un test à fournir une réponse positive chez un individu infecté) mais détérioré légèrement la spécificité (aptitude d'un test à fournir une réponse négative chez un individu indemne). C'est un phénomène bien connu, pour plus de précisons, consultez l'article du 10/08/2007 « Test de dépistage : leurs valeurs, interprétation et limites » que vous pouvez retrouver dans GDSCC Mémo n°7 ou à GDS Creuse. Le LDA d'Ajain, conscient de cette problématique, a orienté son choix vers les kits avec les meilleures spécificités du fait de notre situation épidémiologique favorable.

… traités de manière pragmatique par GDS Creuse avec le concours de l'ACERSA

L'association de certification en santé animale (ACERSA) en charge au niveau national des appellations a rapidement été alertée par différents GDS, dont celui de la Creuse, sur l'apparition de bovins supposés faux positifs et a proposé une procédure exceptionnelle pour la gestion de ces cas particuliers (cheptel sous appellation A depuis plusieurs années avec identification d'un bovin positif ou un taux de positifs inférieur à 1%). Pour 2010/2011, 55 cheptels (1,9% des cheptels certifiés) ont été concernés par cette problématique contre 40 (1,3% des cheptels certifiés) la campagne passée. La procédure exceptionnelle consiste à un contrôle par séroneutralisation (analyse très spécifique mais moins sensible que l'analyse ELISA) des bovins confirmés positifs par deux méthodes ELISA. En cas de résultat négatif, la suspension de l'appellation est levée dès élimination du bovin et contrôle des seuls animaux contacts au lieu de l'ensemble des bovins de plus de 24 mois. Sur les 22 cheptels où cette procédure a été appliquée, 5 ont présenté un résultat positif (il s'agissait donc bien de bovins IBR positifs) et 17 ont obtenu des résultats négatifs. 10 élevages sont allés au bout de la démarche avec élimination du bovin concerné et contrôle du lot contact. Tous les bovins qui ont fait l'objet de contrôle dans ce cas ont présenté des résultats négatifs, permettant ainsi la restitution des appellations dans ces élevages. Les autres élevages ont leur appellation suspendue jusqu'au prochain contrôle de prophylaxie.

Une validation des orientations prises depuis 1996 par GDS Creuse avec le soutien du Conseil Général…

Le Conseil d'Administration de GDS Creuse a mis en place un plan d'action IBR depuis plus de 15 ans : 1996, département pilote pour la mise en place des appellations ; 2001, contrôle systématique à l'introduction ; 2003, dépistage systématique en prophylaxie ; 2005 : vaccination certifiée des bovins connus positifs ; 2006, engagement collectif dans le système d'appellation… Ces mesures techniques ont été et sont accompagnées de soutiens financiers (aides aux analyses et à la vaccination) grâce à la participation du Conseil Général. Cela a permis d'obtenir la situation favorable d'aujourd'hui.

.. mais un effort à poursuivre pour l'obtention du statut de zone épidémiologique favorable d'où la nécessaire implication de tous

Notre prochain objectif, afin de conclure cette prophylaxie, est d'obtenir le statut de zone épidémiologique favorable, c'est-à-dire présentant un taux de prévalence annuelle des cheptels (nombre de cheptels avec des bovins positifs) inférieur à 1% pendant deux années consécutives ou un taux d'incidence annuelle des cheptels (nombre de nouveaux cheptels positifs) inférieur à 0,2% pendant deux années consécutives. Dans ces conditions, notre département bénéficiera de l'acquis sanitaire et aura la possibilité d'entretenir les qualifications, dans les cheptels sous appellation « indemne IBR » sur la base de sérologies de mélange sur seulement 20% des bovins de plus de 24 mois. Dans cette phase finale, la réussite est soumise à la volonté et l'implication de tous les partenaires, éleveurs, vétérinaires, DDCSPP et GDS Creuse.

Source GDS Creuse

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires