Commerce : Etats-unis et Japon en désaccord sur la question du boeuf

Les États-unis et le Japon se bagarrent sur l'épineuse question du boeuf américain, soumis à des restrictions depuis l'apparition d'un cas de vache folle en 2003.

Le Japon, qui était autrefois le plus gros acheteur de boeuf américain, a stoppé ses achats après la découverte d'un cas de vache folle dans un troupeau américain fin 2003 et n'a depuis rouvert ses frontières qu'aux animaux de moins de 20 mois, à l'exclusion des morceaux de viande proches de la moëlle épinière et du cerveau, considérés comme à haut risque.
Les sénateurs des États agricoles aux États-unis fulminent contre ces restrictions qu'ils estiment « scientifiquement infondées », en prenant pour preuve le fait qu'aucun nouveau cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), dite maladie de la vache folle, n'a été découvert depuis plusieurs années. Le sénateur républicain Mike Johanns, élu du Nebraska, a suggéré que les États-unis suspendent toutes les importations de voitures japonaises.

Un milliard de dollars la perte annuelle

Malgré ces pressions, le gouvernement japonais tient bon. « Je n'ai aucune intention de modifier la position que le Japon a adoptée jusqu'ici », a déclaré récemment le ministre japonais de l'Agriculture Hirotaka Akamatsu. « Nous nous en tiendrons aux données scientifiques ».
A l'issue d'une rencontre à Tokyo, le secrétaire américain à l'Agriculture Tom Vilsack a toutefois obtenu une relance du dialogue sur ce sujet avec son homologue japonais Hirotaka Akamatsu. Washington réclame notamment que les restrictions soient levées pour les bovins âgés de moins de 30 mois.
Les achats de boeuf américain ne représentent aujourd'hui qu'environ 10% du total d'avant la crise de la vache folle de 2003. Les producteurs américains évaluent à environ un milliard de dollars la perte annuelle occasionnée par l'embargo.
Au Japon, certains négociants souhaiteraient voir la reprise des importations, mais la population nippone reste très préoccupée par tout ce qui touche à l'hygiène alimentaire et a remplacé la viande américaine par le boeuf australien.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires