Conduite des élevages : La technique du libre-service s'améliore

François d'Alteroche

Simplifier la distribution des fourrages grossiers en optant pour le libre-service permet de gagner du temps. Cette solution peut être envisagée pour des systèmes fourragers à base de foin et/ou d'enrubannage dans la mesure où l'exploitation est largement autonome pour les stocks hivernaux.

L'affouragement des animaux en libre-service va dans le sens de la simplification des systèmes de conduite sur les exploitations. Il constitue donc une option possible pour les éleveurs à la recherche de solutions pour faire face à l'augmentation de la taille des troupeaux et à la réduction de la main-d'oeuvre disponible. Même si le libre-service ne concerne qu'une partie de la ration, il réduit le travail d'astreinte consacré aux animaux et permet de dégager du temps pour d'autres occupations.
Dans un premier temps, le libre-service est souvent utilisé sur une partie du troupeau et concerne généralement les catégories d'animaux les moins exigeantes, en particulier si elles sont hivernées sur des sites éloignés du siège de l'exploitation. Approvisionner des râteliers tous les deux ou trois jours, voire même une seule fois par semaine permet d'éviter de trop faire tourner les moteurs et réduit la consommation de gasoil. Le libre-service apporte aussi de la souplesse dans la gestion du temps de travail. Ce qui donne plus de facilité pour répondre aux pics d'activité ponctuels. Il faut d'abord adapter les bâtiments pour accueillir des dispositifs de libre-service suffisamment grand pour être regarnis le moins souvent possible tout en gardant un oeil extrêmement attentif à leur conception pour limiter le gaspillage qui est l'un des gros points faibles de ce mode de mise à disposition des fourrages grossiers.

Opter pour le libre-service de plusieurs jours nécessite des râteliers de taille conséquente, très accessibles au matériel, faciles à remplir, avec suffisamment de places à l'auge. (F. d'Alteroche)

Opter pour le libre-service de plusieurs jours nécessite des râteliers de taille conséquente, très accessibles au matériel, faciles à remplir, avec suffisamment de places à l'auge. (F. d'Alteroche)

Synthèse de résultats

A l'occasion d'une journée organisée mi-février dans la Creuse, Delphine Guichette-Debord, technicienne Bovins viande à la chambre d'agriculture de ce département et Jean-Pierre Farrié, ingénieur Bovins Viande à l'Institut de l'élevage ont présenté la synthèse des résultats faisant suite à l'analyse de trois stratégies différentes visant à simplifier la distribution des fourrages : distribution trois fois par semaine, passage à la remorque mélangeuse et adoption du principe des râteliers libre-service. « Pour les systèmes basés sur de l'ensilage d'herbe, le passage d'une distribution quotidienne à une distribution trois fois par semaine est possible sans modification importante des équipements. Du foin doit cependant être mis à disposition en libre-service. La distribution de tous les fourrages et concentrés en un seul passage au moyen d'une remorque mélangeuse est adaptée au cas des grands troupeaux qui utilisent de l'ensilage. Dans le cas d'une alimentation basée sur du foin et/ou de l'enrubannage, les fourrages peuvent être mis en libre-service dans de grands râteliers approvisionnés une à deux fois par semaine », résumaient ces spécialistes. Mais avant toute prise de décision, une stratégie de simplification de l'affouragement doit être raisonnée en fonction de la taille du troupeau, de sa conduite (période des vêlages et nature des fourrages), de la configuration des bâtiments, du matériel existant ainsi que de la disponibilité en main-d'oeuvre.
Chacune des trois solutions envisageables pour simplifier la distribution présente bien entendu des avantages et des inconvénients (voir tableau pdf).

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Bovins Viande d'avril 2011. (RBV n°181, p. 14 à 27)

Pièces jointes

Source Réussir Bovins Viande Avril 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires