Conduite et choix des variétés fourragères : Obtenir et conserver la bonne proportion de trèfle blanc

Sophie Bourgeois

Le trèfle blanc se révèle parfois délicat à exploiter. Faute de pouvoir toujours le maîtriser, le choix adéquat d'une ou plusieurs variétés est déjà un bon point de départ. D'autres facteurs jouent aussi un rôle important sur son développement et sa pérennité.

Le trèfle blanc colonise spontanément certaines parcelles de prairies alors que dans d'autres, il est très difficile de maintenir une variété semée. À l'inverse, le trèfle blanc se montre parfois envahissant avec un ray-grass anglais, et provoque dans ces conditions des risques de météorisation pour le troupeau, qui ne sont pas si facilement gérables que cela… « Des fluctuations d'une année à l'autre sont relativement fréquentes et assez mal expliquées », reconnaît Patrice Pierre, du groupe prairies des chambres d'agriculture de la région Pays de la Loire.
Pour arriver à obtenir et à maintenir la bonne proportion de trèfle blanc dans une association, en particulier avec un ray-grass anglais, le choix adéquat de la ou des variétés est déjà un bon point de départ. Pour clarifier l'offre, les différents trèfles blancs sont classés sur le critère d'agressivité. « Ce critère est déterminé par la taille des feuilles mais aussi par le nombre de points végétatifs sur les stolons », explique Jean-Marc Seuret, du pôle herbivores des chambres d'agriculture de Bretagne. Il ne suffit donc pas d'apprécier la taille des feuilles pour se faire une idée du comportement d'une variété. Un trèfle à petites feuilles peut être aussi agressif qu'un trèfle à feuilles intermédiaires. Un trèfle dit intermédiaire peut se comporter plutôt comme un trèfle géant… Les techniciens ont également mis en évidence que « la force de concurrence » des ray-grass anglais était liée à leur ploïdie et leur précocité. Les chambres d'agriculture de Bretagne conduisent depuis 2006 à la ferme expérimentale de Trévarez un essai pour mieux connaître les nouvelles variétés de trèfle blanc et bien les associer au ray-grass anglais.

« Pour obtenir plus facilement un bon taux de trèfle dans la prairie, il faut surtout éviter les combinaisons extrêmes comme l'association entre un RGA tardif diploïde et un trèfle blanc à petites feuilles. À l'opposé, réunir un RGA tétraploïde très tardif avec un trèfle blanc à grandes feuilles peut aboutir à un étouffement de la graminée », explique Jean-Marc Seuret. En association avec une fétuque élevée ou un dactyle, il faudra de toutes façons choisir parmi les variétés à grandes feuilles. En cours d'été, l'association est alors équilibrée avec la fétuque élevée. Avec le dactyle, même le trèfle à grandes feuilles a fort à faire pour se maintenir une fois passée la phase d'installation de la graminée.
D'autres facteurs sont aussi déterminants pour l'installation et la pérennité du trèfle blanc. Daniel Leconte de l'Inra du Pin dans l'Orne a analysé ces interactions dans les années 90. « Dans une association, la pérennité du trèfle blanc est limitée par trois types de facteurs : le milieu, les conditions de lumière et de température, et la conduite de la prairie pratiquée par l'éleveur. »

Des conditions plus ou moins favorables au trèfle

Concernant le milieu : le trèfle disparaît rapidement en sol hydromorphe et lorsque la disponibilité en eau du sol est insuffisante. La température et la lumière interviennent sur la morphogénèse et l'équilibre entre les composantes du couvert : le trèfle blanc est une plante de lumière et de chaleur. Les facteurs induits par l'éleveur sont très importants : le pâturage en sol fragile et humide est à proscrire et la fertilisation azotée défavorise généralement le trèfle blanc. Son utilisation, à partir de l'année suivant la mise en place, doit se limiter aux régions à printemps froid et/ou défavorable, en début de printemps.
Pour au contraire contenir le développement du trèfle blanc, la fertilisation azotée n'est pas non plus toujours d'un grand secours. « Dans ce cas, le trèfle devient fainéant. Le fonctionnement des nodosités ralentit et, avec, la fourniture d'azote pour les graminées associées. Mais on n'arrive pas pour autant toujours à réduire son développement », selon Patrice Pierre.
Le rythme d'exploitation joue un rôle particulièrement important. À un rythme lent, il faut utiliser des trèfles capables de supporter une compétition sévère — trèfles géants et certains trèfles intermédiaires — alors qu'à un rythme rapide d'exploitation on peut associer des trèfles à petites feuilles au ray-grass. Les trèfles à petites feuilles sont en fait particulièrement adaptés à un pâturage ras à cycle court ou continu. Il existe aussi des trèfles géants qui sont bien adaptés à la fauche et supportent mal le piétinement.

Si le trèfle blanc colonise spontanément une parcelle de prairie, il ne faut pas y semer de variété à grandes feuilles, au risque qu'il ne devienne trop envahissant. (S. Bourgeois)

Si le trèfle blanc colonise spontanément une parcelle de prairie, il ne faut pas y semer de variété à grandes feuilles, au risque qu'il ne devienne trop envahissant. (S. Bourgeois)

 

Deux trèfles pour plus de souplesse

Le trèfle blanc apprécie les sols bien pourvus en potasse. Le pH du sol pourrait aussi jouer un rôle sur la pérennité des trèfles blancs. « Nous menons avec le groupe prairies des chambres d'agriculture de Pays de la Loire, un essai sur le fractionnement du chaulage. Nous étudions si l'acidification de la surface du sol joue sur le développement du trèfle blanc », rapporte Patrice Pierre.
La dose de semis en association — de 1,5 à 4 ou 5 kg par hectare — peut être modulée pour balancer des conditions plus ou moins favorables à l'installation et la pérennité du trèfle blanc.
« Pour mettre toutes les chances de son côté et gagner en souplesse, l'idée est souvent d'associer deux trèfles blancs dont l'agressivité est compatible, voire d'introduire un trèfle hybride », estime Patrice Pierre. Pour les sols à contrainte plus importante, il faudra diversifier les légumineuses.

Source Réussir Bovins-Viande Juillet-Août 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires