Conseil d'Administration de GDS Creuse : IBR, fièvre catarrhale et autres dossiers sanitaires collectifs au menu du CA

Marien BATAILLE

Conseil d'Administration de GDS Creuse : IBR, fièvre catarrhale et autres dossiers sanitaires collectifs au menu du CA

Ce 1er avril, GDS Creuse a réuni son Conseil d'Administration afin de réaliser un point d'étape sur la campagne en cours.

Ce Conseil d'Administration (CA), situé aux ¾ de la campagne de prophylaxie, a permis aux administrateurs de GDS Creuse de faire un point d'étape sur l'IBR et la vaccination fièvre catarrhale, mais aussi sur les nombreux autres dossiers sanitaires collectifs, notamment les déséquilibres persistants dans certains élevages.

IBR, un assainissement qui se poursuit, une gestion en urgence des résultats non-spécifiques

Pour cette campagne, au 31 mars, la prophylaxie montre un taux de réalisation de 77% identique à l'année passée. Le nombre de cheptels positifs poursuit sa régression (-15 cheptels sur 169 connus positifs soit 5% des cheptels). La sensibilisation individuelle montre ses limites. Sur 71 élevages détenant moins de 5 bovins positifs et contactés par GDS Creuse, 25% ont éliminé les animaux, 75% les ont conservés. Face à cette situation, le CA souhaite la mise en place d'un plan d'action pour accélérer cet assainissement afin d'obtenir les critères de zone à statut épidémiologique favorable (<1% de cheptels positifs) permettant le passage au seul contrôle de 20% des bovins de plus de 24 mois pour les cheptels sous appellation. D'autre part, la modification des kits d'analyse IBR (passage à des kits plus sensibles) a entrainé, comme prévu, des implications sur la spécificité. Même si l'effet est globalement faible (2% soit 40 cheptels), une procédure de gestion exceptionnelle a été mise en place et permet une gestion facilitée de ces cas.

Le Conseil Général impliqué dans l'assainissement IBR de la Creuse

Pour les bovins, une convention annuelle entre le Conseil Général et GDS Creuse, régulièrement reconduite depuis plusieurs années, concerne les contrôles à l'introduction avec l'utilisation du billet de garantie conventionnelle. Le pourcentage d'utilisation poursuit sa progression (moyenne annuelle de 57 à 63% de 2009 à 2010) avec les effets bénéfiques correspondants en matière de risques sanitaires diminués pour les élevages. Cette convention couvre aussi la lutte contre l'IBR avec une prise en charge de 50% des frais d'analyses IBR en cheptels en assainissement et des frais de vaccination. Dans le cadre du plan d'action d'accélération de l'assainissement IBR (voir ci-dessus), le Conseil Général a indiqué qu'il poursuivrait et renforcerait son implication.
Les conventions de GDS Creuse avec le Conseil Général concernent également le programme d'éradication de la tremblante ovine par voie génétique, le programme de dépistage en espèce équine (métrite contagieuse et artérite virale) et les tarifs d'analyses pour les différentes espèces dans le cadre du tiers-payant avec le LDA.

 

La vaccination fièvre catarrhale, une réalisation moyenne chez les bovins, un appel à la mobilisation pour les ovins

Selon les premières indications d'un point de vue national, le niveau de vaccination, pour l'espèce bovine, est de l'ordre de 30% avec une grande disparité selon les régions. En Creuse, ce sont entre 40 et 50% des cheptels de souche qui sont vaccinés avec une variabilité importante selon les clientèles vétérinaires. Pour les ovins, étant donné l'impact majeur de cette maladie sur cette espèce et les alertes enregistrées en matière de circulation virale, une vaccination massive est conseillée par les GDS et les représentants professionnels (FNO). Pour encourager les moutonniers à protéger leurs animaux, des doses de vaccins monovalents 1 et 8 ont été mises à disposition à des tarifs réduits.

Un effet de la vaccination fièvre catarrhale sur la fertilité « faible, non décelable »

De nombreuses remontées sont intervenues sur l'éventuel effet de la vaccination sur les résultats de fertilité. Face à cette situation, des études ont été mises en place en élevage laitier et allaitant. Pour les vaches laitières, l'Ecole Vétérinaire de Nantes et l'INRA ont comparé la fertilité de vaches vaccinées et non-vaccinées dans 3.360 troupeaux bretons non-exposés aux virus fièvre catarrhale, sérotypes 1 et 8 en 2008. Il apparait un non-effet de la vaccination en matière de dégradation de la fertilité des vaches sauf lorsque la 2ème injection de vaccin est intervenue dans la semaine suivant l'insémination, il a été observé alors une augmentation de 4,4% de retours réguliers. L'Ecole Vétérinaire de Nantes et l'INRA concluent que l'effet de la vaccination sur la fertilité est « globalement faible et non-décelable ». Pour la monte naturelle, il est recommandé d'éviter la vaccination des taureaux dans les deux mois précédant la mise à la reproduction.

Une disponibilité des données sanitaires à améliorer pour une analyse plus performante pour les éleveurs

Un bilan sanitaire prérempli à fournir à chaque éleveur avait été programmé par GDS Creuse à l'automne. Basé sur les données enregistrées par les éleveurs en matière d'identification et les éléments sanitaires disponibles à GDS Creuse, cet outil n'a pu voir le jour faute de mise à disposition des données d'identification. Face à cette situation, le CA de GDS Creuse a demandé à la Chambre d'Agriculture de réétudier ce blocage avec les instances nationales, un accord favorable ayant été donné au niveau départemental.
Au niveau national, une plateforme d'échanges de données sanitaires comprenant les éléments d'identification attenants va être mise à disposition. Cette plateforme des GDS proposera des moyens d'utiliser de manière plus efficace les données sanitaires couplées à une meilleure diffusion de l'information au sein du réseau. Les objectifs sont de structurer la donnée sanitaire des maladies non légalement contagieuses et de donner ainsi des outils de gestion et des références identiques sur tout le territoire facilitant la mutualisation, l'exploitation et l'efficience sanitaire.

Des déséquilibres sanitaires, des outils, comme le « plan diarrhées GDS Creuse », trop peu utilisés

Les nombreuses visites d'élevage effectuées, avec le vétérinaire traitant de l'élevage, sur cet hiver 2010/2011 montrent des déséquilibres persistants dans certains élevages tant en élevage bovin, ovin que caprin. L'autre point majeur rencontré est qu'une certaine focalisation sur les prétendus effets de la vaccination fièvre catarrhale associée à des impasses en matière de mesures préventives (minéralisation, lutte antiparasitaire…) ont occulté les vraies raisons de la problématique rencontrée, limité l'utilisation d'outils diagnostiques disponibles et conduit à des situations très difficiles. Ainsi, dans le « plan diarrhées GDS Creuse », face à la sous utilisation du dosage du transfert immunitaire, malgré la prise en charge du coût des analyses, GDS Creuse, en relation avec les vétérinaires, s'est investi de manière plus importante. Tout éleveur et son vétérinaire ayant réalisé une analyse de fèces de veau diarrhéique ont été contactés (70 depuis janvier 2011) pour les sensibiliser sur la mise en place parallèle du contrôle du transfert immunitaire dans l'élevage. Cela s'est traduit par l'obtention d'informations importantes pour la mise en place d'un plan d'action adapté.

La qualité de l'eau, une relance de l'action

Etant donné l'impact sanitaire de l'approvisionnement en eau, GDS Creuse, en relation avec le LDA d'Ajain et le Conseil Général, relance son plan d'action déjà proposé depuis 2008 avec une méthodologie de suivi et d'analyse. GDS Creuse propose une analyse critique des résultats et une étude avec l'éleveur des éventuelles mesures correctives à instituer. Il est ensuite demandé à sa filiale Farago Creuse d'apporter des solutions techniques lors de problématiques d'eaux de mauvaise qualité.

Pour plus d'informations, consultez nos supports d'informations et contactez-nous

De nombreux autres dossiers ont été étudiés lors de ce CA. Pour plus d'informations, consultez nos supports d'informations (www.gdscreuse.fr) et n'hésitez pas à nous contacter pour toute demande ou besoin sanitaire.

Source GDS Creuse

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires