En Chine, la production de viande bovine est en repli

Sophie Bourgeois - Réussir Bovins Viande Février 2013

En Chine, la production de viande bovine  est en repli
Le prix du bœuf à la consommation a beaucoup augmenté. Un kilo de bœuf coûte aujourd’hui deux fois plus cher qu’un kilo de porc. © Bleuenn Carré Chen / archives

La hausse du prix de l’alimentation animale et la longueur du cycle de production découragent les éleveurs chinois de bovins viande. Les importations ont beaucoup progressé en 2012.

« La production de viande bovine s’élève à 6,48 millions de tonnes en 2011, selon les statistiques officielles chinoises et à 5,55 millions de tonnes selon les statistiques américaines », note Jean-Marc Chaumet de l’Institut de l’élevage(1). La viande bovine ne représente cependant que 7 % de la production totale de viande en Chine. Entre 1985 et ces dernières années, la libéralisation des prix et le soutien des autorités avaient favorisé le développement de cette production, mais désormais elle est stable ou en repli. Conséquence directe : les prix à la consommation flambent. « Un kilo de viande bovine coûte désormais le double d’un kilo de viande porcine. Son prix a été multiplié par trois depuis 2000. » Les prix à la production ont aussi énormément progressé, mais cela ne semble pas encore suffisant pour motiver les éleveurs à produire plus. Le nombre de petits éleveurs de bovins viande diminue fortement. La hausse du prix de l’alimentation animale, la longueur du cycle d’élevage, des aides publiques moindres que dans le secteur porcin, et l’attractivité pour l’emploi d’autres secteurs économiques découragent les éleveurs chinois. Le gouvernement devrait en 2013 renforcer le soutien à l’amélioration génétique, à la vaccination et à la création d’élevages de grande taille. « D’autre part les grandes entreprises d’abattage cherchent de plus en plus à contractualiser directement avec les éleveurs. Elles créent aussi de plus en plus leurs propres centres d’engraissement. »

Ouvertures en série du marché chinois

Pour compenser la faiblesse de sa production, la Chine se tourne plus franchement vers le marché mondial pour s’approvisionner en viande bovine, sous forme très majoritairement de viande désossée congelée. « Sur les neuf premiers mois de 2012, les importations s’élevaient à 30 000 téc mais sur le total de l’année 2012, on devrait approcher les 60 000 téc ». Les importations d’abats sont également en forte hausse d’environ 20 % par rapport à 2011, majoritairement en provenance d’Uruguay et d’Australie.
Le Canada a signé en 2012 un accord pour des animaux de moins de 30 mois. L’Argentine est aussi autorisée sur le marché chinois depuis fin 2011 mais les quantités livrées sont pour l’instant très faibles. Le Costa Rica a aussi désormais accès au marché chinois. Les USA cherchent par contre toujours à obtenir l’ouverture du marché chinois pour leur viande bovine. L’Union européenne est, elle aussi, toujours bloquée sur ce marché par un embargo à cause de l’ESB.

(1) source : Idèle_Chine n°4, décembre 2012

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires