Europe : Le Parlement veut imposer la mention d'origine des viandes dans les plats préparés

Europe : Le Parlement veut imposer la mention d'origine des viandes dans les plats préparés
30 à 50% de la viande abattue dans les pays de l'UE est transformée.

Les eurodéputés ont adopté ce mercredi une résolution demandant à la Commission européenne d'imposer la mention du pays d'origine des viandes utilisées dans des plats préparés, malgré les réticences de l'industrie alimentaire.

Dans l'état actuel de la législation, le pays d'origine ne doit être mentionné de manière obligatoire que pour la viande bovine non transformée. Ce sera aussi le cas à partir d'avril pour les viandes porcine, ovine, caprine et la volaille, toujours non transformées. Or selon les eurodéputés, de 30 à 50% du volume total de la viande abattue dans les pays de l'UE est transformée en ingrédients carnés pour des aliments préparés, le plus souvent sous forme de viande hachée.

Concernant les plats préparés, comme les lasagnes, les pizzas ou autres nuggets, l'industrie alimentaire juge qu'un étiquetage sur le pays d'origine des viandes aurait un coût excessif.

Un argument, également invoqué par la Commission européenne, mis en doute par certains députés. Ils citent notamment une étude de l'association française de consommateurs UFC-Que choisir, portant sur des aliments contenant du boeuf et jugeant que ce coût serait faible (0,7%).

Reconquérir la confiance des consommateurs

"Après le scandale de la viande de cheval, il nous appartient de reconquérir la confiance des consommateurs", a estimé l'Italien Giovanni La Via (PPE), plaidant au nom de la commission environnement du Parlement pour cet étiquetage obligatoire, alors que son groupe politique est apparu divisé sur la question.

La résolution demandant la mention du pays d'origine a été adoptée avec 460 voix pour, 204 contre, et 33 abstentions. Elle demande à l'exécutif européen de légiférer pour imposer cet étiquetage et réclame des expertises complémentaires sur la question du coût pour les entreprises.

Pour le président de l'UFC-Que Choisir Alain Bazot, "la balle est maintenant dans le camp de la Commission européenne", qui va devoir sortir de son "autisme" pour donner suite à une demande insistante des "électeurs et des consommateurs".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

acid

quand on voit le pouvoir des agr industriels et des lobby , les elus corrompus car on peut parler de corruption concernant les pratiques de certains lobby ou plus poliment de conflit d'interet ,

@lachevrevache

c'est tellement vrai ce que tu dis sur les charcuteries..... je pense en tout cas pour des raisons de coherence politique , que l'etat devrait exiger les memes contraintes aux importations que celles qu'elle applique a ses producteurs

marie

quand on voit ce qui est marque sur une etiquette intemarche : viande bovine, eleve au portugal, abatue en france, bavette, de race lacaune, agneau. A peu près ca si mes souvenirs sont exats je me pose des questions.
PS: l'etiquette est sur le web

lachevrevache

m'enfin c'est vrai que si y'a mentionné "Japon", ça risque de faire mal au chiffre d'affaires. Je trouve qu'on devrait même mentionner la région d'origine. En France, par exemple, pour le saucisson de Savoie, de Lyon, d'Auvergne, de Catalogne, voire même de Corse, ça donnerait bien souvent... Bretagne!

lachevrevache

mais comment on peut être contre? Qui c'est ces 204 députés? Quels sont leurs conflits d'intérêt?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires