Fièvre catarrhale : Négociants et éleveurs manifestent à Rodez et Auch

SC avec AFP

Les négociants en bestiaux et les éleveurs de veaux ont manifesté vendredi en Midi-Pyrénées, à Rodez et Auch, pour protester contre les répercussions commerciales de la fièvre catarrhale ovine.

Une cinquantaine de négociants en bestiaux à Auch, 150 à Rodez, soutenus par différents syndicats agricoles, se sont rassemblés pour protester contre l'impossibilité de livrer à l'Espagne des petits veaux destinés à l'engraissement... alors que la réglementation européenne les y autorise. Un fait certes lié à l'expansion de la fièvre catarrhale ovine (FCO), mais surtout imputable selon eux «à l'administration française qui ne respecte pas la législation européenne. Nous l'avons fait constater par huissier auprès de la Direction départementale des services vétérinaires.»

Selon Jean-Paul Boyer, président du syndicat des négociants de l'Aveyron, son organisation veut porter plainte auprès de la Commission européenne pour cette «entrave illégale» à la circulation des animaux. Il demande également le limogeage des directeurs généraux de l'alimentation espagnol et français.

Les manifestants ont amené, dans ces deux villes, de jeunes veaux devant la direction départementale des services vétérinaires, affirmant que ceux-ci «ne valent plus que 10 euros par tête au lieu de 250». A Rodez, ils ont été reçus par le préfet, qui aurait reconnu des incohérences administratives et aurait promis d'agir.

Les négociants sont partis en milieu d'après-midi en laissant une cinquantaine de bêtes sur la place de la préfecture dans un enclos, « après avoir fait signer un bon de livraison au préfet », selon M. Boyer.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires