Inscription au livre généalogique Aubrac : Nouvelle réglementation plus restrictive

François d'Alteroche

Une nouvelle réglementation communautaire durcit les critères d'inscription des reproducteurs à la section principale des livres généalogiques.

La nouvelle réglementation communautaire durcit les critères d'inscription à la section
principale des livres généalogiques. Ses conséquences pratiques ont été expliquées lors de la
dernière assemblée générale de l'organisme de sélection Aubrac.

Trois générations pleines connues

Le Journal Officiel de l'Union européenne du premier juin 2007 précise que désormais «
pour être inscrit dans la section principale du livre généalogique de sa race, un animal doit
être issu de parents et de grands-parents eux-mêmes inscrits dans la section principale du
livre généalogique de la même race. » Pour les taureaux Aubrac, cette évolution de la
réglementation signifie que seuls pourront être inscrits Reproducteurs de race pure (RRP)
les veaux mâles dont les quatre grands-parents font eux-mêmes déjà partie de la section
principale du livre généalogique, c'est-à-dire que ces grands-parents ont soit trois
générations pleines connues, ou à la rigueur, deux générations confirmées. « Cette
nouvelle loi n'est pas neutre : pour l'année 2008, elle fait passer de 95 % à 80 %, le taux de
mâles RRP nés sur les différents cheptels adhérents au herd-book », souligne Pierre
Arsac, animateur de l'OS Aubrac.

Cette nouvelle législation s'applique aussi aux femelles, mais elle est moins lourde de
conséquences. En effet, le nouveau texte ne remet pas en cause une dérogation qui existe
depuis 1984. Cette dernière précise que le propriétaire d'une vache dont la grand-mère
maternelle est inscrite à titre initial, a la possibilité de la faire inscrire en tant que RRP si elle
répond à certaines autres conditions. Le texte de loi est ainsi rédigé. « Une femelle dont la
mère et la grand-mère maternelle sont inscrites dans la section annexe du livre et dont le
père et les deux grands-pères sont inscrits dans la section principale du livre doit être
considérée comme femelle de race pure et inscrite dans la section principale du livre. » Ce
qui signifie que même si une génisse a sa grand-mère maternelle qui n'est inscrite qu'à titre
initial, elle a la possibilité d'être RRP.
Cette évolution de la réglementation n'empêche pas ces animaux de brouter et d'avoir des
veaux, mais elle est en revanche lourde de conséquences pour ces derniers. Les filles de
ces vaches pourront bien entendu être inscrites comme RRP, mais les veaux mâles ne
pourront prétendre à ce même statut.



Conséquences pratiques

« Ne sont admissibles à l'IA que les mâles RRP et ce même sésame est indispensable pour
éditer un ‘certificat généalogique délivré conformément à la décision 2005/379/CE de la
Commission pour les échanges intra-communautaires' plus communément dénommé «
pedigree export » par les opérateurs de terrain », précise Pierre Arsac. A l'inverse des
cheptels inscrits de longue date ou qui ont constitué leur troupeau par achat de génisses
dans ces mêmes élevages, les éleveurs plus particulièrement touchés par cette
impossibilité d'avoir dans l'immédiat une forte proportion de mâles ne pouvant être inscrits
RRP seront donc d'abord ceux qui pour constituer leur troupeau ont privilégié des femelles
inscrites à titre initial.

Pièces jointes

Source Réussir Bovins Viande Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires