Interbev satisfait des nouvelles dénominations de la viande en libre-service

Virginie Quartier

Interbev satisfait des nouvelles dénominations de la viande en libre-service
Les acheteurs considèrent en grande majorité que le nouvel étiquetage permet de mieux se repérer dans le rayon viande et qu'il est adapté à la vente en libre-service sans boucher. - © F. d'Alteroche

Un an après la mise en place de la dénomination simplifiée de la viande, une enquête Ifop pour Interbev permet de tirer un premier bilan, satisfaisant selon l'interprofession. " 66 % des Français ont vu le nouvel étiquetage au rayon viande en libre-service ou en ont entendu parler. 80 % des personnes interrogées estiment que le nouvel étiquetage permet de mieux se repérer dans le rayon viande et qu'il est adapté au libre-service du fait de l'absence d'un boucher. Par ailleurs, l'achat est facilité pour 69 % des répondants", rapporte Interbev dans un communiqué. Une campagne d'information grand public va être lancée en mai 2016 pour mieux faire connaître la dénomination des morceaux dans son ensemble : traditionnelle avec le rôle de l'artisan boucher, et simplifiée, en libre-service pour les GMS.

" Les dénominations simplifiées n'apportent pas de transparence "

Du côté de la Confédération française des bouchers charcutiers traiteurs, qui a conservé les dénominations traditionnelles, le sentiment est différent. « Pour nous, ce nouvel étiquetage est un échec. Les dénominations soi-disant simplifiées n'apportent pas de transparence et ne donnent pas les indications prétendument attendues par les consommateurs », explique Christian Le Lann, le président de la CFBCT.

Source Réussir Bovins Viande

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

AIGLE201

OK avec les bouchers, d'ailleurs 1 français sur 3 ne connait pas les étoiles et ceux qui connaissent aimeraient avoir le nom des morceaux sur les emballages.Les étoiles c'est le manque de vrais bouchers à la découpe et la normalisation des produits imposé par l'industrialisation de la consommation; on s'éloigne encore un peu plus de la traçabilité.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires