Introduction de bovins Maîtrise du risque et respect des mesures sanitaires de base

Dr Didier GUERIN – Christophe LE MAUX – Christian PETIT – GDS Creuse

Introduction de bovins Maîtrise du risque et respect des mesures sanitaires de base
GDS Creuse

L’introduction d’animaux dans un élevage constitue un risque à maîtriser. Etre vigilant et respecter les mesures sanitaires de base s’avère primordial sous peine de déboires parfois dramatiques.L’introduction de nouveaux animaux dans un élevage représente une phase à hauts risques en matière de contamination de son cheptel par de nouvelles pathologies. C’est pourquoi nous en avons fait un axe d’action prioritaire avec la mise en place d’aides techniques et financières.

Le non-respect strict des étapes 1, 6 et 8 peut entraîner des conséquences sanitaires désastreuses dans son cheptel.

L’obligation réglementaire la plus récente : le contrôle IBR…

L’IBR est une maladie virale pouvant provoquer une atteinte clinique conséquente avec des symptômes respiratoires (rhinotrachéite bovine infectieuse d’où le nom d’IBR) et des symptômes génitaux (avortement, vaginite, métrite). La situation creusoise est favorable avec 95,23% de cheptels négatifs. Le pourcentage de cheptels positifs est passé de plus de 11% en 2006 à 4% en 2011. L’éradication passe d’abord par la limitation des nouvelles contaminations. L’objectif sanitaire et économique est de se situer en dessous de 1% de cheptels positifs afin d’être reconnu zone épidémiologiquement favorable (ZEF). Tout bovin introduit, quel que soit son âge, doit donc avoir son statut IBR connu.

…avec un respect strict du contrôle tuberculose et brucellose pour les « mouvements considérés comme présentant un risque particulier »

Historiquement, des tests de dépistage de la brucellose et de la tuberculose étaient réalisés systématiquement lors de tout mouvement de bovins. Du fait de l’excellente situation épidémiologique vis à vis de ces deux maladies, fruit de la rigueur du travail réalisé, les contrôles se sont allégés. Les dépistages brucellose et tuberculose se limitent aux mouvements considérés comme présentant un risque particulier : mouvements avec une durée de transfert entre exploitations supérieure à 6 jours et mouvements impliquant une exploitation classée à risque ou ayant un taux de rotation supérieur à 40% ou en provenance d’un département ayant une prévalence de tuberculose supérieure à la moyenne nationale. Face à la recrudescence de la tuberculose dans certains départements et la réémergence de la brucellose en France (2 cas en 2012), la vigilance et le respect de ces mesures doivent être forts afin d’empêcher la diffusion de la tuberculose (ou de la brucellose) depuis des zones où cette maladie sévit encore.

Au-delà des dépistages obligatoires, les autres risques sanitaires avec un ensemble d’outils mis à disposition en commençant par l’isolement du bovin introduit

Au-delà des dépistages obligatoires, les risques sanitaires lors d’introduction de bovins, peuvent aussi être occasionnés par d’autres maladies spécifiques ou des syndromes d’élevage (diarrhées, grippes…) d’où la nécessité de la maîtrise des points à risque. Tout bovin introduit est en phase de stress dont l’importance est fonction des conditions de transport. Cela implique que l’animal est en déséquilibre immunitaire avec un microbisme différent du cheptel introducteur. De plus, notamment s’il est passé par un transport collectif, il peut être infecté transitoire en BVD. Il doit donc être isolé pendant 15 jours minimum, jusqu’à obtention des résultats d’analyses. L’isolement signifie que ce dernier ne peut être en contact avec les autres animaux d’élevage de l’exploitation.

Le Billet de Garantie Conventionnelle (BGC), un outil technique et financier

Le BGC est un document par lequel le vendeur et l’acheteur s’entendent sur l’annulation possible de la vente en cas de résultats positifs vis à vis des maladies non-concernées par la rédhibition (maladie des muqueuses, paratuberculose). Il est signé au moment de la vente par les deux parties. Il est à votre disposition chez votre vétérinaire, à GDS Creuse et dans les GDA. Dans le cadre d’introduction avec utilisation du BGC (seules celles-ci bénéficient d’une aide financière), nous prenons en charge pour nos adhérents, avec la participation du Conseil Général, le dépistage systématique virologique BVD PCR et 50% des frais des autres analyses. Sont prises en compte toutes les analyses demandées dans le cadre de la prescription du vétérinaire hormis les analyses inutiles (sérologie leucose, analyses paratuberculose sur les bovins de moins de 18 mois...). Depuis 2001, l’utilisation du BGC progresse régulièrement avec parallèlement un impact sanitaire constaté correspondant à une baisse de contaminations de cheptels lors d’introduction. Néanmoins, il persiste une marge de progression. Ainsi, chaque année, nous enregistrons une baisse importante de son utilisation d’avril à août, période à hauts risques en matière d’infection par le virus BVD car nombre de vaches se trouvent en début de gestation. Or, la moitié des cas graves de BVD observés provient d’un non-respect des mesures sanitaires de base lors d’introductions de bovins à cette période.

Le dépistage systématique BVD à l'introduction, un des piliers de la maîtrise des risques vis à vis de cette maladie avec une vigilance pour les gestantes

En raison du constat effectué ci-dessus et de la disponibilité de l’analyse PCR BVD en mélange, depuis le 1er janvier 2007, tous les prélèvements à l'introduction font l'objet de cette recherche, avec une prise en charge totale du coût. Cette méthode mettant en évidence les IPI (Infectés Permanents Immunotolérants) mais aussi des infectés transitoires, nous apportons une explication personnalisée lors de chaque résultat positif. En 2011-2012, 25 introductions positives ont ainsi été traitées. En relation avec les vétérinaires des élevages concernés, nous avons informé les introducteurs pour les sensibiliser à utiliser un BGC et à bien respecter les conditions d’isolement lors de toute introduction et les vendeurs pour mettre en place un plan d’assainissement. Une vigilance est à apporter pour les gestantes, le contrôle du veau ne pouvant se faire que de manière indirecte avec une sérologie BVD de la mère (cf. tableau).

Le statut du cheptel d’origine, une donnée incontournable pour certaines pathologies comme l’IBR et, surtout, la paratuberculose

Pour certaines entités, le contrôle individuel est insuffisant voir inopérant. Il demande donc à être complété par des informations sur le cheptel d’origine, c’est le cas pour l’IBR et surtout, pour la paratuberculose. Pour faciliter l’obtention de ces informations, notre site est à votre disposition ( www.gdscreuse.fr) pour pouvoir consulter l’ensemble des cheptels creusois bénéficiant d’une appellation IBR et ceux apportant une garantie conforme au référentiel national en matière de paratuberculose. Ces listes sont actualisées en temps réel et sont également disponibles sur simple demande auprès de nos services.

La gestion des introductions : une mesure sanitaire essentielle avec une attention particulière à apporter par le couple vétérinaire-éleveur lors de chaque entrée

Une gestion adéquate des introductions représente une des bases pour la gestion sanitaire de son troupeau. L’utilisation du BGC est essentielle et le respect des mesures sanitaires permet d’éviter d’importants problèmes. Au-delà des dépistages historiques (tuberculose, brucellose), le dépistage s’oriente aujourd’hui vers des contaminations par de nouvelles pathologies (maladies spécifiques mais aussi germes variés de diarrhées ou de grippes). Chaque entrée nécessite une attention afin de définir les mesures en fonction des cas particuliers (cf. tableau) : gestantes et BVD (analyses virologique et sérologique), paratuberculose (âge minimal, prélèvement de sang et de fèces, statut du cheptel d’origine)… Cela montre la nécessité d’une discussion spécifique avec son vétérinaire lors de chaque introduction. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire sanitaire ou GDS Creuse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires