Jeunes Bovins : Ensilage de maïs, céréales ou mash ?

Sandra Roupnel

Un essai en Bretagne a comparé des régimes alimentaires à base de mash et d'ensilage de maïs sur un lot de jeunes bovins blonds d'Aquitaine.

Le mash, seul ou en complément d'un ensilage de maïs, permet d'améliorer les performances de croissance des jeunes bovins par rapport à une ration classique d'ensilage de maïs associé à du tourteau de soja (1,5 kg) et des céréales (3,5 kg). Voici l'une des conclusions d'un essai mené par les chambres d'agriculture de Bretagne.
L'objectif était de comparer les performances de jeunes bovins de race Blonde d'Aquitaine et les caractéristiques de leurs carcasses avec une alimentation au mash et/ou à l'ensilage de maïs. Sans oublier l'intérêt économique.

Compte tenu de leur coût, l'utilisation des aliments de type mash doit d'abord être envisagée en complément des fourrages et des céréales produits sur l'exploitation. (F. d'Alteroche)

Compte tenu de leur coût, l'utilisation des aliments de type mash doit d'abord être envisagée en complément des fourrages et des céréales produits sur l'exploitation. (F. d'Alteroche)

Croissance améliorée

« Avec l'utilisation d'un mash en complément de l'ensilage de maïs, le GMQ a été augmenté de 160 grammes par jour par rapport à la ration avec ensilage et céréales, ce qui a permis de réduire d'un mois la durée de l'engraissement », ont expliqué Alain Guillaume et Thierry Offredo lors de la journée technique régionale sur la viande bovine organisée fin mars à la station de Mauron. Une amélioration de l'indice de consommation (en moyenne 0,6 UFV/kg de poids vif gagné) est apparue à partir de 480 kg. La consommation d'ensilage a été identique mais la quantité totale de mash sur la durée de l'essai fut moins importante que celle du concentré (blé et tourteau de soja). Enfin, les carcasses ont été moins grasses.
Un autre essai mené à la ferme expérimentale de Mauron a toutefois révélé une amélioration moindre en race Limousine avec un gain de poids vif de 26 grammes par jour. Le mash seul a donné des résultats intermédiaires avec des croissances améliorées de 95 grammes par jour par rapport à l'ensilage.
À noter que l'indice de consommation, en moyenne meilleur avec le mash, s'est dégradé à partir de 600 kg. L'utilisation du mash est donc apparue moins intéressante en fin d'engraissement.

Attention au coût du mash

Malgré des croissances supérieures, l'intérêt du mash dans les élevages reste étroitement lié à son prix. Le mash est un aliment onéreux. Un prix d'intérêt a donc été calculé en simulation sur un système naisseur-engraisseur, en fonction du prix du complémentaire azoté et des céréales.
Pour une utilisation en complément de l'ensilage de maïs, le prix du mash ne doit pas dépasser 226 €/t lorsque le prix du blé est de 150 €/t et celui du tourteau de soja 48 à 300 €/t. Distribué à volonté, le mash a l'avantage de réduire les problèmes de place à l'auge. Et sa distribution présente une moindre pénibilité. Son utilisation se justifie ponctuellement pour des petits effectifs (moins de 20 animaux) en finition pendant la période estivale lorsque l'ensilage chauffe. En association avec l'ensilage de maïs, le mash peut aussi venir pallier un manque d'équipement de stockage et/ou d'aplatissage pour les céréales produites.
Notons enfin, que l'ensilage de maïs associé à du tourteau de soja et des céréales a permis d'obtenir de bonnes performances avec une croissance moyenne de 1400 grammes par jour.

 

 

Source Réussir Bovins Viande Juin 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires