Journée GDS Creuse / GTV 23 : Déséquilibres sanitaires des élevages. La nécessité d'un suivi en continu

Christophe LE MAUX

Lors de la 11ème journée annuelle, l'après midi a été consacré aux déséquilibres sanitaires des élevages allaitants relevés en Creuse et aux apports du bilan sanitaire volontaire.

La 11ème journée annuelle GDS Creuse/GTV23 destinée à l'ensemble des vétérinaires exerçant en Creuse s'est déroulée le 09 novembre 2010 avec à son menu la fièvre catarrhale et les déséquilibres sanitaires. La matinée a fait l'objet d'une publication la semaine dernière. Les déséquilibres sanitaires des élevages allaitants relevés et les apports du bilan sanitaire volontaire vous sont présentés dans cet article.

Un constat de déséquilibre profond dans certains élevages …

En introduction, Didier Guérin, Directeur de GDS Creuse, a indiqué que GDS Creuse a très largement été sollicité, au cours de cette dernière campagne, pour des pathologies de troupeau importantes. Les visites d'élevage effectuées au premier semestre ont doublé en 2010 et ont révélé des déséquilibres sanitaires majeurs : carences alimentaires, notamment minérales, impasses ou décalages sur les mesures de prophylaxie de base (traitement grande douve en particulier) avec des conséquences importantes.

… avec une situation antérieure défavorable et des facteurs de risque depuis 2007

Un fait marquant a été observé dans nombre de ces élevages : la situation antérieure (avant 2008) présentait déjà des critères d'alerte qui n'ont pas été pris en compte. De plus, des événements défavorables se sont accumulés depuis 2007 et ont aggravé la situation : mauvais fourrages (hiver 2007/2008), épizootie de fièvre catarrhale (2ème semestre 2008), déminéralisations importantes en relation avec des périodes humides (2008 et 2009), impasses sur traitements et complémentations en relation avec les difficultés économiques, focalisation sur la fièvre catarrhale ou la vaccination, “ limitation ” du travail d'observation et d'analyse de certains et développement d'autres problématiques...

L'alimentation, base de santé et de production du troupeau …

Lionel Reisdorffer, d'Obione, a fait un point sur l'impact conséquent de l'alimentation sur les résultats techniques et économiques du troupeau. Il a présenté l'apport d'une étude critique de la ration, l'aide des outils informatiques et le positionnement que peut avoir le vétérinaire pour fournir un éclairage à l'éleveur. Les évolutions de la réglementation telles que la visite sanitaire obligatoire en élevage bovin ou le bilan sanitaire annuel volontaire dans le cadre de la prescription hors examen clinique du médicament vétérinaire fournissent des occasions d'approfondissement au cours de ces rencontres régulières. Des observations sur les animaux (état des animaux) ou le relevé de pathologies ou de dysfonctionnements, notamment en matière de reproduction, doivent constituer des zones d'alertes à ne pas négliger et à aborder de manière collective au niveau du troupeau.

… dont la situation est à déterminer annuellement

Le bilan économique est évidemment lié au niveau des charges mais aussi celui des produits. Déterminer annuellement la productivité numérique de son troupeau constitue donc une première étape de détermination du niveau de produits incontournable à réaliser. La productivité numérique regroupe le taux de gestation, l'intervalle vêlage-vêlage et le taux de mortalité des veaux de 0 jour au sevrage. Déjà, à ce niveau peuvent s'observer des différences entre élevages allant au delà de 20%. Outre la marge de progression économique qu'illustre cet indicateur, il constitue également un critère de niveau d'équilibre ou de déséquilibre sanitaire de l'élevage, donc, dans le second cas, un critère d'alerte à prendre pleinement en considération. La détermination de la production de viande vive sur l'exploitation constitue la deuxième étape, elle inclut les éléments de poids et donc de croissance des animaux. Le chiffrage des pertes (veaux manquants liés à une productivité numérique diminuée, frais et pertes de croissance liées à la pathologie…) et des coûts de production par kg de viande vive produit représente alors une étude économique souvent très enrichissante.

Un autre facteur de risque à surveiller pour la santé des animaux : le bâtiment

Cécile Boyer du GRASL a présenté ensuite l'implication du facteur bâtiment. Les éléments définissant l'ambiance du bâtiment et le confort des animaux sont essentiellement la surface au sol disponible pour chaque individu, le volume d'air statique, l'hygrométrie, la température de l'air ambiant, la vitesse de l'air et son renouvellement. Tout système d'élevage vise à optimiser l'expression du potentiel de croissance et de production des animaux. Le bâtiment d'élevage est un des éléments essentiels et son rôle est souvent sous-estimé. Mal conçu ou mal utilisé, le bâtiment, qui doit assurer le confort des animaux et faciliter le travail de l'éleveur, ne remplit plus alors son rôle et il est responsable de déboires sanitaires. Les maladies les plus importantes sur le plan économique (diarrhées néonatales, maladies respiratoires, mammites) ont pour cause non seulement les agents infectieux, mais sont le plus souvent la conséquence de l'effet cumulé de facteurs d'élevage défavorables et, parmi ceux-ci, l'ambiance des bâtiments joue un rôle primordial. Dès que le risque bâtiment est suspecté, un diagnostic d'ambiance est à effectuer. Tout éleveur concerné est invité à contacter GDS Creuse.

Un document de bilan sanitaire prérempli fourni par GDS Creuse à chaque éleveur

Du fait d'obligations règlementaires, les éleveurs enregistrent nombre d'informations. Ces données peuvent alimenter des bilans afin que chaque éleveur ait un retour individuel constructif pour une analyse plus précise de son élevage. Dans ce cadre, GDS Creuse a participé au développement un document de bilan sanitaire prérempli. Il intègre :
• En relation avec l'EDE, les données d'identification afin d'alimenter la détermination de la productivité numérique du troupeau, élément primordial d'équilibre sanitaire.
• Les données enregistrées à GDS Creuse en matière de suivi des maladies réglementées et non-réglementées.
• Les bilans des pathologies qui sont à renseigner par l'éleveur à partir de son carnet sanitaire avec une indication pour les principales pathologies du niveau d'alerte dans lequel se situe le troupeau.
Ce document va être fourni à chaque éleveur d'ici la fin de l'année. Il est destiné à être utilisé dans le cadre du suivi sanitaire approfondi réalisé par le vétérinaire traitant lors du bilan sanitaire annuel volontaire pour la prescription hors examen clinique des médicaments. Avec la détermination des facteurs de risque de l'élevage, il peut permettre une meilleure définition des mesures sanitaires et médicales adaptées à l'élevage et ses priorités sanitaires. Cela demande un investissement technique de l'éleveur et de son vétérinaire traitant accompagné d'un cadre financier défini conjointement par le vétérinaire et l'éleveur.

Du déséquilibre à l'équilibre sanitaire, un suivi à effectuer en continu

De ces nombreuses situations de déséquilibres sanitaires observées et analysées au cours de cette campagne 2010/2011, nous pouvons en extraire des conclusions et en tirer des leçons.
Chaque année, le plan d'intervention dans son élevage est à finaliser avec son vétérinaire, dans le cadre d'une démarche diagnostique habituelle, avec une approche collective des lots ou du troupeau, basée sur des bilans chiffrés, pour une analyse fiable allant au delà des impressions. Le facteur de risque alimentation représente une constante, le bilan sanitaire annuel volontaire constitue un outil de base à pleinement utiliser.
L'équilibre sanitaire de son élevage demande un suivi à effectuer en continu basé sur une observation étroite de ses animaux, un enregistrement des observations et pratiques, un bilan des enregistrements avec une analyse de ces bilans pour l'obtention de gains techniques, économiques et de sureté sanitaire et réglementaire au niveau de son élevage. Pour plus de renseignements contactez votre vétérinaire ou GDS Creuse.

Source GDS Creuse

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires