L’élevage est une ressource essentielle dans les pays en développement

Cyrielle Delisle - Réussir Bovins Viande Juillet-Août 2012

Déplacement d'un troupeau de 5000 bovins du sud vers le nord du Soudan, en raison des inondations qui ont dévasté les zones de pâturage en 2009.
Le secteur de l’élevage doit mieux intégrer les petites exploitations. Quatre milliards d’habitants vivent avec moins de 10 dollars par jour et constituent un marché alimentaire de 2900 milliards de dollars par an. © Tim McKulka/ONU

Avec la hausse de la demande alimentaire, l’élevage joue d’ores et déjà un rôle important, et il devrait s’accroître.

En savoir plus

L’élevage est une ressource essentielle dans les pays  en développement

Voir dossier de Réussir Bovins Viande juillet-août 2012. RBV n° 195 p. 24 à 34.

« Nous observons aujourd’hui une forte dichotomie entre les formes d’élevage. D’un côté, on trouve la production industrielle à grande échelle et de l’autre les très nombreux petits élevages des pays en développement. Le secteur doit mieux intégrer ces petites exploitations de manière à soutenir une production locale qui permet de fournir de nombreux marchés locaux », note Modibo Traoré, sous-directeur général de la FAO. « Pour éviter que le fossé ne se creuse entre ces deux formes d’exploitations, il faut pour le secteur de l’élevage, des politiques et des interventions appropriées. »
En effet, ce sont plus de 600 millions de personnes qui vivent dans la pauvreté et qui dépendent de l’élevage. « Ce secteur revêt de nombreuses fonctions dans les pays en développement : sécurité alimentaire, source viable de subsistance, biens, création de chemins pour les gens, source d’emplois… », explique Derek Baker, économiste agricole à l’IRLI(1).

Accroissement dela demande en viande

Autre point abordé par l’économiste de l’IRLI, le changement dans l’utilisation des terres de ces pays. En Afrique, l’élevage est passé d’un système pastoral extensif dans les années 60 à un système polycultures élevage avec des parcelles bien identifiées. Les systèmes mixtes des pays en développement produisent environ 50 % des céréales mondiales. Le développement de l’élevage pourrait apporter une réponse à l’augmentation de la demande en viande qui va exploser dans ces pays. Car si la consommation de viande y était d’environ 25 kg par tête en 2002 (contre près de 80 kg dans les pays développés), les prévisions estiment qu’elles dépasseront les 40 kg en 2050 (près de 100 kg dans les pays développés). Ceci porterait donc la consommation de viande à près de 325 millions de tonnes (contre 125 millions dans les pays développés). « Le transfert de connaissances et l’utilisation de nouvelles technologies (génomique, alimentation, gaz à effet de serre, vaccins…) représentent une réponse à la demande croissante par l’augmentation de la productivité et ainsi l’amélioration de la vie, tout en prenant en compte la dégradation des ressources et l’environnement », observe Derek Baker.
              
(1) L’IRLI, International Livestock Research Institute (Institut international de recherche sur l’élevage) travaille avec des partenariats dans le monde entier, afin d’accroître le rôle de l’élevage dans les stratégies de sortie de la pauvreté.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires