La blonde d’Aquitaine en concours national

Presse Agricole du Massif Central (PAMAC) 63

La blonde d’Aquitaine en concours national
Marc Alezard accompagné de Diva et son veau, qui participent au concours national blonde d’aquitaine.

Diva est l’une des 350 blondes d’Aquitaine qui participe dès ce matin au concours national de la race, organisé pour la première fois au Sommet de l’élevage.

Auprès de ma blonde…d’Aquitaine

La blonde d’Aquitaine en concours national

C’est une première. La blonde d’aquitaine organisera son concours national au Sommet de l’élevage. Près des 400 plus beaux spécimens de la race sont présents dans le Hall 3. Rendez-vous dès ce matin, pour assister à des défilés, qui sans aucun doute, vaudront le détour. Retrouvez chaque jour, dans le Quotidien du Sommet, quatre pages consacrées au concours national blonde d’Aquitaine, en partenariat avec France Blonde d’Aquitaine.

Marc Alezard est heureux. En cette édition 2012, la race qu’il a choisie depuis 1992 participe au Sommet en guets-star. La blonde d’aquitaine est en effet en haut de l’affiche de l’évènement puisqu’elle y tient son concours national. L’éleveur altiligérien installé du côté d’Espalem et président du syndicat blonde d’Aquitaine d’Auvergne, y voit là une occasion unique de communiquer sur la race.

« La blonde est la race allaitante par excellence du Sud-ouest de la France. Elle est reconnue pour son rendement exceptionnel et la saveur particulière de sa viande. En revanche, elle ne fait que peu d’adeptes en Auvergne. Les effectifs stagnent et les éleveurs ne sont qu’une centaine sur toute la région avec 380 vaches inscrites à l’UPRA ». Bon rendement carcasse, bouchère d’exception, facilité d’élevage et de vêlage…La blonde d’Aquitaine a pourtant plus d’un atout.

Plus de 200 éleveurs sont attendus au Sommet de l’élevage. « L’organisation du concours national au Sommet de l’Elevage est perçue comme une victoire par les éleveurs auvergnats », poursuit Marc Alezard, qui ne viendra pas seule au Sommet. Il sera accompagné entre autres, de Diva, l’une de ses vaches, avec laquelle il espère bien décrocher un prix. En attendant le podium, ce qu’il est certain de recueillir, ce sont des conseils : « Nos élevages de blonde d’Aquitaine en Auvergne sont très jeunes. Nous manquons d’expériences, de savoir-faire… Durant trois jours nous allons côtoyer des anciens ». De quoi permettre à chacun de se perfectionner.

programme BA

Source Le Quotidien du Sommet (mercredi 1 octobre)

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires