La litière plaquettes est une solution intéressante quand la paille est hors de prix

François d'Alteroche - Réussir Bovins Viande Avril 2012

La litière plaquettes est une solution intéressante  quand la paille est hors de prix
Il est important de déchiqueter du bois récemment abattu pour obtenir une bonne montée en température au cœur du tas et un taux de matière sèche suffisant. Crédit photo : F. d'Alteroche

A la ferme expérimentale du lycée agricole de Durdat-Larequille dans l'Allier, huit heures ont été nécessaires pour broyer 300 m3 de plaquettes de bois fraîches. Le prix de revient des branchages utilisés est considéré comme nul. « On est parti du principe que les haies doivent être entretenues et les arbres élagués. Le broyage nous a coûté 2240 euros. Le volume de plaquettes s’est réduit après séchage. J’estime à 250 m3 la quantité réellement utilisable » précise Jean-François Canaud, professeur au lycée, en charge du suivi de ce projet. En déduisant l’investissement dans des bâches géotextiles (1 600 euros amorties sur deux ans) et en négligeant quelques frais liés à la manipulation et au transport, le prix de revient d’un mètre cube de plaquette a été chiffré à 12 euros.

Des plaquettes sèches

« Pour le premier lot de 28 génisses (22,4 UGB) et pour 50 jours d’hivernage, nous avons utilisé 76 m3 de plaquettes (40 m3 pour la sous-couche puis trois apports de 12 m3 chacun). Lorsque nous utilisons de la paille, il nous faut une moyenne de 7 kg par jour par UGB. Pour ces 28 génisses, nous aurions donc utilisé sur 50 jours d’hivernage 8 tonnes de paille. L’équivalence est alors de 9,5 m3 de plaquettes pour une tonne de paille. » Ce chiffre sera moins important si on prend en compte toute la durée de l’hivernage. Il avoisinera 8 m3.
« Pour les trois autres lots (33,6 UGB), pour 50 jours d’hivernage, nous avons utilisé 45 m3 de plaquettes. Si nous avions utilisé uniquement de la paille, il nous aurait fallu un peu plus de 10 tonnes pour la même période. Nous estimons la substitution à raison de 4,1 m3 de plaquettes pour une tonne de paille. » Comparativement au précédent lot, cette moindre consommation de plaquettes est liée à l’épaisseur initiale moins importante. De plus, les plaquettes utilisées pour ces cases étaient nettement plus sèches, donc plus absorbantes.

Cinquante euros la tonne

Avec l’hypothèse haute de 8 m3 de plaquettes pour une tonne de paille, cela équivaut pour l’exploitation à 96 euros la tonne de paille. Si l’on prend l’hypothèse basse mais raisonnable de 4,1 m3 de plaquettes pour une tonne de paille, le prix d’équivalence passe à (12 x 4,1 = 49,2) 50 euros la tonne. C’est bien en deçà du prix de revient de la paille livrée cet hiver. Ce sous-produit de l’élagage demeure donc intéressant pour confectionner au moins une partie des litières des charolaises de ce lycée agricole.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires