La maladie de Schmallenberg : surveillance pour 2013/2014

Dr Didier GUERIN

La maladie de Schmallenberg : surveillance pour 2013/2014

3ème vague du virus Schmallenberg (SBV) => Notre département a été concerné par des cas de SBV congénital ces 2 dernières camapgnes. De nouveaux cas liés à des contaminations 2013 précoces (mai/juin) sont actuellement observés.

Un vaccin contre le virus de Schmallenberg disponible

SBVvax, vaccin inactivé contre le virus de Schmallenberg de chez Merial est disponible. Destiné aux ovins et bovins, ce vaccin prévient la virémie en cas d’inoculation du virus.

Une primovaccination en une injection pour les ovins

Le protocole de primovaccination prévoit l’injection par voie sous-cutanée d’une seule dose (1 ml) chez les ovins et de deux doses à trois semaines d’intervalle chez les bovins. La mise en place de l'immunité a été démontrée 3 semaines après la primovaccination chez les ovins et 3 semaines après la seconde injection de primovaccination chez les bovins. Comme il s’agit d’une procédure accélérée de développement de vaccin, la priorité a été de prouver l’efficacité et l’innocuité du vaccin, la durée d'immunité induite parle vaccin n'est pas encore définie, il faut attendre un an.

Une vaccination avant la mise à la reproduction

En pratique, la vaccination est recommandée avant la mise à la reproduction et préalablement à la saison d’activité vectorielle.

SBVvax est disponible en flacons de 50ml (50 doses) avec un prix de la dose qui devrait se situer entre 2,20 et 2,40€.

La maladie de Schmallenberg : surveillance pour 2013/2014

Le SBV se caractérise par une diffusion rapide et large dans toute l’Europe à partir des premiers cas décrits en 2011. Deux vagues de circulation virale ont été observées en France. Une troisième semble se dessiner. De nouveaux cas liés à des contaminations2013 précoces (mai/juin) sont actuellement observés.

Une maladie émergente en 2011 en Allemagne qui se traduit par des malformations congénitales

Dans le cadre d’investigations relatives à des diarrhées fébriles chez des ruminants, le laboratoire de référence allemand Friedrich-Loeffler-Institut(FLI) a identifié en novembre 2011 un nouvel orthobunyavirus, nommé Schmallenberg virus SBV (en référence à une ville proche des foyers, située à80 km au Sud-Est de Dortmund). Cet orthobunyavirus affecte les ruminants.L’infection aiguë se manifeste chez les bovins adultes par une hyperthermie, une perte d’appétit, une chute de production chez les vaches laitières, de la diarrhée. Elle provoque également dans le 1er tiers de gestation des troubles de la reproduction (retours en chaleur et avortements précoces) qui ne sont pas encore quantifiés. L’infection des femelles gestantes peut se traduire par la naissance d’animaux malformés(arthrogrypose, raccourcissement des tendons du jarret, déformation de la mâchoire, hydranencéphalie…). En raison de la période de sensibilité du fœtus à ce virus (30ème au 60ème jour de gestation chez labrebis, 80ème au 160ème jour de gestation chez la vache),les symptômes sont observables 3 à 4 mois après la contamination chez les ovins et 5 à 6 mois après chez les bovins. Le SBV est essentiellement transmis par des insectes piqueurs.

Une surveillance clinique depuis janvier 2012 qui se poursuit

La surveillance clinique de l’infection congénitale des agneaux, veaux et chevreaux par le virus SBV a été initiée en France au début du mois de janvier 2012. Lors de la 1ère vague (janvier à août2012), 3.164 élevages ont été déclarés atteints (2.018 bovins, 1.129 ovins et17 caprins). Pour la 2ème vague (septembre 2012 à août 2013), ce sont 1.834 élevages (1.531 bovins, 271 ovins et 32 caprins) qui ont été recensés avec une sous-déclaration des cas. Depuis le 1er septembre 2013, des formes congénitales de SBV ont été observées dans 20 élevages répartis dans 10départements. Dans ce cadre, la surveillance des formes congénitales se poursuit selon des modalités allégées.

Une surveillance des formes congénitales selon des modalités allégées

Seules les formes congénitales du SBV font l’objet d’une surveillance. Peut être considéré « élevage suspect SBV », tout élevage ovin ou caprin dans lequel, sur un lot de mise bas, au moins 2 agneaux ou chevreaux ou tout élevage bovin dans lequel au moins 1 veau présentent à la naissance au moins un des signes cliniques : arthrogrypose (déformation ou blocage de l’articulation d’un ou plusieurs membres), malformation de la colonne vertébrale (scoliose, cyphose), anomalie du port de tête(torticolis), raccourcissement de la mâchoire inférieure (brachygnathie), « grosse tête » (hydrocéphalie).

La maladie de Schmallenberg : surveillance pour 2013/2014

Une fiche de commémoratifs à compléter et à transmettre à GDS Creuse

Il s’agit d’une surveillance événementielle (clinique).La confirmation biologique de l’infection n’est pas obligatoire, les malformations observées spécifiques de l’infection in utero par le SBV. Une suspicion clinique conduit au renseignement d’une fiche de commémoratifs (disponible sur notre site : www.gdscreuse.fr)par le vétérinaire, le GDS ou l’éleveur lui-même. La fiche complétée est transmise à GDS Creuse qui saisit les informations sur la plateforme nationale d’épidémio surveillance en santé animale.

Une intervention du vétérinaire et des analyses complémentaires pour déposer undossier d’indemnisation

Le Conseil d’Administration de GDS France a décidé de poursuivre la prise en charge forfaitaire des pertes sanitaires consécutives au passage du virus Schmallenberg (SBV) par la CSSA. Pour les élevages qui souhaiteraient en bénéficier, les conditions sont les mêmes que précédemment à savoir : le vétérinaire remplit la feuille de commémoratifs et réalise des analyses :sérologie sur une prise de sang du nouveau-né avant prise de colostrum ou de l’avortonsur sang cardiaque ou PCR sur le cerveau du produit. Il transmet la fiche de commémoratifs avec les prélèvements au LDA d’Ajain. Le LDA nous fournit la fiche et les résultats d’analyse. Nous enregistrons les résultats.

La visite vétérinaire financée dans le cadre de la police sanitaire « brucellose », les frais d’analyse à la charge de l’éleveur

En cas d’avortement (naissance avant terme ou mort dans les 48 heures) dans le cheptel nécessitant la réalisation des investigations prévues dans le cadre de la prophylaxie de la brucellose, le déplacement du vétérinaire sanitaire est pris en charge par l’Etat dans le cadre de la prophylaxie de la brucellose. L’ensemble des autres frais :prélèvements et analyses (sérologie sur sang : 13,70 €, PCR sur cerveau :23,46 €) sont à la charge de l’éleveur.

Une maladie avec un risque de persistance et à considérer dans chaque élevage

Face au manque de connaissances sur l’épidémiologie de cette nouvelle affection, sa persistance reste toujours à confirmer. Plusieurs données laissent présager un caractère persistant de la maladie en France. En 2013, le recensement des cas de formes cliniques congénitales montre la présence de foyers dans des zones déjà touchées par la 1ère vague de 2012 (nord-est du pays notamment). Une enquête menée l’an passé dans les régions infectées révèle la cohabitation d’ovins séropositifs et séronégatifs dans les mêmes cheptels. Tous les cheptels ne sont pas encore immunisés et il existe une grande hétérogénéité de séroprévalence intra-troupeau, autrement dit, l’immunisation des animaux est très hétérogène à l’intérieur d’un même troupeau indique Stephan Zientra (ANSES). Chaque éleveur observera donc l’évolution dans son cheptel. En cas de présence sur la campagne de mises-bas en cours, une vaccination pourra être mise en place (cf. encadré). Pour suivre l’évolution épidémiologique, vous pouvez consulter la plateforme nationale d’épidémio surveillance en santé animale ( www.plateforme-esa.fr/). Pour toute information, n’hésitez à contacter votre vétérinaire ou GDS Creuse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires