La situation de la tuberculose bovine est préoccupante

François d'Alteroche - Réussir Bovins Viande Mai 2012

La situation de la tuberculose bovine est préoccupante
Test à la tuberculine pour le dépistage de la tuberculose : mesure du pli cutané sur bovin, 72 heures après intradermo-tuberculination. © J.-M. Nicol

Après 40 années de lutte, la France a obtenu en décembre 2000 le statut « officiellement indemne de tuberculose bovine » délivré par la Commission européenne. Ce précieux sésame est décroché lorsque le taux de prévalence (nombre de foyers au 31 décembre de chaque année) est inférieur à 0,1 % du nombre de cheptel. En 2000, ce taux de prévalence était de 0,05 %. En 2004, il a atteint son plus bas niveau (0,02 %), mais depuis, la situation s’est dégradée.

Un taux à ne pas dépasser

En 2010, le taux de prévalence était de 0,07 % avec 166 foyers prévalents et ce nombre de foyers est passé à 185 l’an dernier. « Ces foyers récents restent localisés à certaines zones géographiques (Côte d’Or, Dordogne, Sud-Ouest, Camar- gue) ce qui semble être en faveur d’une rémanence historique de la maladie », explique GDS France dans son dernier rapport d’activité. Il s’agit aussi de départements où l’élevage allaitant est très présent et où le maillage des zones cultivées et des forêts fait que les espèces sauvages dites « à risque » pour la transmission de cette maladie sont elles aussi très présentes avec une tendance à la recrudescence de leurs effectifs ces dernières années. L’évolution du nombre de cas détectés sur des bovins sur le territoire français pour l’année en cours conditionnera le maintien ou non de la qualification « officiellement indemne ». L’an dernier, la France commençait à flirter dangereusement avec la limite à ne pas dépasser.
                 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires