Le GRASL : pour un troupeau sain, plus sur et plus rentable

GDS Creuse

Le GRASL : pour un troupeau sain, plus sur et plus rentable

Groupement Régional d’Action Sanitaire du Limousin => Le GRASL (structure régionale des GDS) a tenu, le 28 juin 2012, à Limoges, sa 29ème Assemblée Générale sous la présidence de Philippe Monteil.

Le GRASL : pour un troupeau sain, plus sur et plus rentable

Le GRASL coordonne, au niveau de la région, les plans de prévention et de lutte contre les maladies mis en œuvre dans chaque département par les GDS et les vétérinaires praticiens.

Une situation favorable pour les maladies sous certification (varron et IBR), un assainissement IBR à finaliser

Le varron est suivie par le Schéma Territorial de Certification régional. Aucun foyer n’a été mis en évidence en France en 2011. Ce résultat résulte du traitement systématique des bovins étrangers introduits et des efforts aux zones frontalières.

Pour l’IBR (cf. tableau), on note une progression de la qualité sanitaire des cheptels en plan avec plus de 84% des cheptels certifiés. L'ACERSA a décidé de monter un dossier de reconnaissance européenne du programme français de certification IBR, aussi bien pour le plan de lutte que pour la notion du statut de cheptel indemne. Pour cela des adaptations seront apportées à l'actuel cahier des charges. Cela implique une acquisition préalable conseillée de la certification pour tous les élevages qui le peuvent et une accélération de l’assainissement de la zone.

La paratuberculose, une nécessité économique, un enjeu commercial, une priorité régionale

Deux objectifs gouvernent la stratégie régionale : le dépistage et l’élimination des animaux infectés, la constitution d’un vivier d’animaux sains pour les échanges de reproducteurs. En 2011 (cf. tableau), 1.431 cheptels dont 74 nouveaux, se sont engagés dans le programme régional de lutte contre cette maladie soit une progression de 1,3%. Le pourcentage de cheptels sous garantie, au sens du référentiel national, augmente de façon équivalente. Le nombre de cheptels positifs a baissé de 10%. Ces résultats sont encourageants. Le GRASL ne peut qu'inciter les éleveurs à poursuivre leurs efforts en vérifiant toujours le statut sanitaire du cheptel d'origine lors d'une introduction et en demandant la signature d'un Billet de Garantie Conventionnelle.

Une participation active aux groupes de travail nationaux paratuberculose

En mars 2012, s’est déroulée la 2ème journée de coordination nationale paratuberculose animée par l’ANSES. En fonction de l’évolution des connaissances sur cette maladie au niveau national et international, 4 groupes de travail ont été constitués : matériaux de référence et outils de diagnostic, actualisation du référentiel ACERSA, paratuberculose chez les petits ruminants, impact économique chez les bovins. Le GRASL, en relation avec les 3 GDS départementaux, est présent au sein de ces groupes de travail avec un apport de sa forte expérience en élevage allaitant.

Le GRASL : pour un troupeau sain, plus sur et plus rentable

Un plan « maladies émergentes » pour prévenir les affections de groupe et accompagner les élevages en difficulté

A travers ce plan, le GRASL met l'accent, d’une part, sur la prévention et, d’autre part,  sur les méthodologies d’intervention en urgence lors d’apparition de pathologie. Cela engendre, pour les bovins et ovins, la maîtrise des affections néonatales (diarrhées…), la gestion du parasitisme, l’analyse des troubles de la reproduction (avortements…). Pour la BVD chez les bovins, cela concerne la maîtrise des points à risques pour limiter la contamination, l’apport d’attestations « bovin non-IPI », l’assainissement des cheptels atteints cliniquement. Face aux situations à risque encore observées dans les élevages vis à vis de ces différents syndromes, la sensibilisation et l’information vont être poursuivies et renforcées. Chez les autres espèces, chaque GDS dispose de sections spécifiques (porcine, équine, apicole, aquacole...) pour apporter appui et conseils aux éleveurs.

Le soutien financier du Conseil Régional dans le cadre du programme régional de prévention des risques sanitaires

Les actions 2011 menées dans le cadre du programme régional de prévention des risques sanitaires en élevages bovins et ovins ont bénéficié du soutien financier du Conseil Régional. Cela concerne le plan « paratuberculose » pour les bovins et le plan « pathologies émergentes » pour les bovins et les ovins. Une aide de 50% est apportée par le Conseil Régional avec un plafond de 50.000 € pour les bovins et de 15.000 € pour les ovins. En raison du nombre de dossiers, notamment en élevage bovin, l’apport réel se situe, en réalité, autour de 15%. Ces programmes sont reconduits pour 2012.

Des outils de prévention pour un troupeau sain, plus sur et plus rentable

En relation avec les vétérinaires, les GDS mettent à disposition des outils pour faciliter la réalisation du bilan sanitaire annuel volontaire et l’établissement du protocole de soins. Rappelons qu’un bilan sanitaire annuel volontaire bien conduit permet un suivi sanitaire cohérent avec un triple intérêt pour l’éleveur : améliorer la rentabilité de son élevage, sécuriser ses pratiques dans le cadre de la filière et bénéficier de la prescription sans consultation systématique. Cela constitue aussi un excellent moyen pour développer une démarche préventive et raisonnée de l’utilisation des médicaments vétérinaires. En complément, sont disponibles les différents modules bovins, caprins et ovins de la formation « éleveur infirmier ». De plus, dans la lignée de la Charte des Bonnes Pratiques en élevage bovin (1999) et du Code Mutuel des Bonnes Pratiques en élevage caprin (2003), la filière ovine s’est dotée en 2011 d’un Guide des Bonnes Pratiques à mettre en œuvre pour répondre aux obligations du Paquet Hygiène et de la conditionnalité de la PAC. Ce guide est distribué par les techniciens dont ceux du GRASL et des GDS. Il est téléchargeable sur www.reconquete-ovine.fr. Tous ces outils sont en phase avec le plan national de prévention des antibiorésistances.

Le Plan Sanitaire d’Elevage du GRASL pour une prévention médicale raisonnée

Le Plan Sanitaire d'Elevage du GRASL, dont l'agrément a été reconduit pour cinq ans fin 2011, a pour objectif d'aider les éleveurs de notre région à commercialiser des produits de qualité tout en maîtrisant leurs dépenses par une utilisation raisonnée du médicament. Dans ce contexte économique difficile entrainant parfois des impasses thérapeutiques (absence de traitement, de vaccination…), il convient donc de rester très vigilant en terme de maîtrise du risque sanitaire. Il reste primordial de poursuivre la communication sur la prévention par un emploi raisonné des médicaments pour éviter de voir réapparaître des pathologies que nous pensions maîtrisées.

Une approche sanitaire collective et une prévention à renforcer

Le GRASL et les GDS ont su créer dans la région des outils très efficaces pour répondre aux besoins et aux évolutions des élevages de notre zone. Bien que la situation économique soit difficile, nous devons insister sur l'importance de la prévention, même si des caisses de péréquations sont mises en place pour compenser partiellement les pertes qui pourraient être engendrées.

Pour finir, le GRASL a souhaité remercier l'ensemble de ses partenaires sans qui tous ces engagements ne seraient pas possibles : GDS, CIA, vétérinaires praticiens, Groupements Techniques et Syndicats Vétérinaires, Organisations économiques, Structures Agricoles (Chambre Régionale d'Agriculture, ALL, AROL, ARBOVI, ARDEPAL, INTERBOLIM..), Directions Départementales de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations,  Direction Régionale de L'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, Laboratoires Départementaux d'Analyses, Conseil Régional et France Agrimer.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires