Le Japon peut être un créneau pour la viande haut de gamme française

Cyrielle Delisle - Réussir Bovins Viande Avril 2013

Le Japon peut être un créneau pour la viande haut de gamme française
Le Japon apparaît comme une référence en termes d’exigence sanitaire sur le marché asiatique. © Rita Lemoine / archives

Le cinquantième Salon international de l’agriculture de Paris a été l’occasion pour FranceAgriMer d’organiser une conférence sur les opportunités de marchés vers l’Asie du Nord (Chine, Corée du Sud, Hong-Kong, Japon, Taïwan). Si la France y est bien implantée côté vins et spiritueux, elle l’est moins côté viande. « Le marché asiatique, fortement impacté par la crise de l’ESB, est peu porteur pour la viande bovine française. De plus, la compétition est forte avec le Brésil, les États-Unis et l’Australie entre autres », note Yves Trégaro de FranceAgriMer.

Réouverture des frontières

Mais depuis février, le marché nippon a réouvert ses frontières aux viandes bovines d’origine française pour les bovins de moins de 30 mois. « Les premiers envois ont commencé. Cependant, cela devrait rester surtout un marché de niche pour la viande haut de gamme, en particulier de veau, mai aussi de bœuf et d’abats à destination principalement de l’hôtellerie et de la restauration. On a peu de recul sur ce marché, les échanges entre Japon et France n’ayant duré que peu de temps, avant l’embargo ESB en 2001. Depuis, la consommation japonaise a évolué.
Le Japon est par ailleurs très regardé par les autres pays asiatiques », précise Nicolas Berthollet, de l’ambassade de France au Japon.
Pour Thomas Pavie de l’ambassade de France en Chine, « même si le Japon apparaît comme une référence en termes d’exigence sanitaire sur le marché asiatique, l’ouverture de ses frontières n’aura pas d’influence directe sur les autorités chinoises. C’est plus un lobbying à faire auprès
des opérateurs et consommateurs chinois qui favorisera une ouverture des frontières de ce pays. »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires