Les coopératives réitèrent leur refus d'un GIE export

Les coopératives réitèrent leur refus d'un GIE export

Les coopératives agricoles ont réitéré leur refus de participer à un GIE chargé de l'exportation de la viande bovine française, comme le leur a enjoint le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

« Nous exportons déjà. Nous n'avons pas besoin d'un GIE pour exporter », a déclaré Philippe Mangin, président des coopératives agricoles françaises. « Pourquoi nous demander de transférer un métier que nous exerçons à un GIE, qui plus est dans une configuration de gouvernance très syndicale qui ne rassure pas les industriels? », a ajouté le responsable lors d'une conférence de pres
 
 La semaine dernière, Bruno Le Maire a insisté une fois de plus sur la nécessité de créer un groupement d'intérêt économique (GIE) pour dynamiser les ventes de bovins dans les pays tiers.
 
 Ce GIE est voulu par les éleveurs, regroupés dans la Fédération nationale bovine (FNB), branche spécialisée de la FNSEA, principal syndicat agricole.
 Mais les coopératives ainsi que les industriels de la viande, regroupés au sein du Syndicat national des industries de la viande (Sniv), ont très tôt fait connaître leur opposition à ce GIE et n'ont pas changé d'avis depuis.
 
 « Nous voulons participer à une politique d'exportation », a ajouté Philippe Mangin, qui a précisé que sa préférence allait à des « structures de présence dans les pays importateurs pour faire de la veille sur la demande, et assurer le lien entre offre et demande ».
 
 Selon lui, la France devrait être présente dans « 6 ou 7 pays » comme la Turquie, la Russie et certains pays du Maghreb. Ce type de représentation est similaire à celle déjà mise en place par les céréaliers français pour booster leurs exportations, a encore fait valoir M.Mangin.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires