Les races laitières en tête des inséminations artificielles en élevage bovin

Cyrielle Delisle - Réussir Bovins Viande Juillet-Août 2012

Les races laitières en tête des inséminations artificielles en élevage bovin
Insémination artificielle dans un élevage laitier auvergnat. © J. Chabanne

149 538 IA sexées ont été enregistrées en 2011 au SNIG (Système national d’information génétique), soit 2,1 % du total, ce qui représente  une augmentation de 35 % par rapport à 2010. L’utilisation de la semence sexée continue donc son développement en 2011. « Des inséminations avec semence sexée sont enregistrées pour dix races de taureaux. Cependant, seulement cinq (Prim’holstein, Montbéliarde, Normande, Brune et Jersiaise) comptent plus de 2 % d’inséminations premières sexées », note Pascale Le Mezenc de l’Institut de l’élevage. En race Prim’holstein, 84 % des IA sexées sont réalisées par des taureaux de programmes français, le reste par des taureaux étrangers. C’est en race Montbéliarde que la pratique est la plus répandue : 7,3 % des IA totales (9,9 % des IA premières). Du côté des femelles, la semence sexée est utilisée dans 15 races. On compte en particulier 2 950 IA sexées sur vaches croisées.

Attention : des chiffres sous-estimés

« Il est important de noter que ces statistiques sous-estiment la réalité. En effet, plusieurs entreprises de mise en place de semence (EMP), dont l’activité est importante, ne remontent pas l’information sur la semence sexée. Si l’on considère seulement les EMP qui enregistrent des mises en place de semence sexée (72 % de l’activité d’insémination du pays), la part d’IA sexées devient 2,9 % des inséminations totales et 4,3 % des inséminations premières », constate t-elle.
En races laitières, les inséminations sexées mâles représentent moins de 1 % des IA sexées renseignées et près de 30 % en races allaitantes. La majorité des inséminations s’effectue sur génisses (65 %). Après une insémination première sexée, la seconde est assurée en semence sexée dans 20 à 40 % des cas. La troisième est en conventionnelle dans plus de 90 % des cas.
Autre paramètre : les taux de non retour en génisses et vaches laitières. Ils sont en moyenne inférieurs de 4
à 17 % selon la race et le rang de vêlage lorsque la semence mise en place est déclarée sexée. Le taux de non retour en races allaitantes est meilleur qu’en races laitières. L’écart entre IA sexées et conventionnelles est de 12 % en génisses et de 15 % en vaches.

Source : Institut de l’élevage (www.Idele.fr), coup d’œil sur l’utilisation de la semence sexée en 2011.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires