Les vers de terre sont indispensables à la vie du sol

François d'Alteroche - Réussir Bovins Viande Décembre 2012

Les vers de terre sont indispensables à la vie du sol
Un rapide recensement du nombre de vers de terre présents dans le sol permet de mieux apprécier le niveau d’activité biologique de ce dernier. © F. Mechekour

La présence de vers de terre est un bon indicateur de l’activité biologique d’un sol agricole.
Cette microfaune joue un rôle essentiel. Par leurs déplacements, les vers de terre enfouissent dans les couches profondes les éléments organiques prélevés en surface et remontent à la surface, la terre des couches profondes permettant ainsi de brasser l’horizon superficiel du sol. Sur des prairies naturelles, on estime qu’il y a de une à trois tonnes de vers de terre par hectare. Cette espèce joue également un rôle essentiel pour entretenir une bonne structure. En créant et renouvelant ses multiples galeries, elle améliore sa porosité et favorise les infiltrations d’eau de pluie. Comment savoir si le nombre de lombric est satisfaisant ?
En début de printemps, quand l’humidité et la température ne constituent pas un facteur limitant de l’activité de ces animaux, il est possible de procéder à des estimations de population avec une simple bêche et un seau.

De une à trois tonnes de vers de terre par hectare

« Il suffit de prélever un cube de terre de 20 centimètres de côté à la surface des parcelles, puis de l’émietter dans le seau en prélevant les vers. Si dans ce même cube, la quantité de vers ne déborde pas d’une simple cuillère à soupe, c’est que cette population est de moins d’une tonne à l’hectare avec de légitimes interrogations à avoir sur le niveau d’activité biologique de son sol. Le plus est toujours le mieux », indiquait Bruno Osson, expert en espèces fourragères du Gnis, à l’occasion d’une formation organisée par la société PRP technologies.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 11

agriculturevivante

franchement, gaffal c'est à mourir de rire votre post sur les sangliers...
Chaque agriculteur doit réfléchir plus globalement pour faire en sorte d'avoir un ecosysteme de qualité et diversifié. C'est le point de départ pour une agriculture plus propre, plus indépendante et plus productive.

japa

oui on sait que les prairies naturel son une réserve de ver de terre.quant l'on a que des prairies naturel qui son en limite de champ de mais bonjour les dégat,se net ni la faute du mais ni des vers Imposée des bracelet femelles sanglier . nous pourront garder nos précieux collaborateur les vers

geo

Je ne pense avoir raison sur tout et c'est pour cela que je ne suis que sur ce forum (et pas sur "tous les forum" comme je peux le lire).
Il est vrai que j'ai pu travailler sur les nouvelles techniques dont l'agroécologie. A ce titre, si je peux amener des éléments utiles en rapport avec le sujet, je le fais, dans l'intérêt de tous. Certaines réactions m'interpellent et je trouve positif d'intervenir lorsque les idées arrêtées sont fausses. Vous pourrez remarquer que je ne m'avance jamais sur ce dont je ne suis pas sûr et que je souligne lorsque les remarques de certains membres sont pertinentes (les avis personnels ne m'intéressent pas, je ne donne que très rarement le mien et j'apporte beaucoup plus d'intérêt aux éléments techniques pour faire avancer les débats).
Lorsque je ne sais pas, je laisse faire des personnes plus compétentes et c'est avec plaisir que j'apprends tous les jours de nouvelles choses.
Je crois que, tout simplement, j'ai un autre angle d'entrée sur l'agriculture car je ne suis pas agriculteur bien que je travaille au quotidien en lien avec ces derniers.
Avant de vous retrouver très prochainement, bonnes fêtes à tous.

gaffal

Le probleme avec les vers de terre
c' est qu' il attirent les sangliers
qui vont gentiment vous défoncer la parcelle...

xavxav

Quel scoop !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires