Maïs ensilage : La problèmatique lutte contre les taupins

Sophie Bourgeois

En 2009, deux produits sont autorisés pour protéger le maïs contre les attaques de taupins, avec des conditions d'utilisation contraignantes. Les méthodes culturales peuvent aider à limiter les risques.

Après l'interdiction des carbamates, deux produits sont utilisables en 2009 pour protéger le maïs des attaques de taupins. Le traitement de semences Cruiser (thiamethoxam) protège la graine par son action de contact mais également par voie systémique. Ses conditions d'utilisation sont très encadrées et il s'agit de bien se renseigner auprès du prescripteur. Le semis doit avoir lieu avant le 15 mai, avec un réglage du semoir particulier, et le traitement n'est autorisé qu'une fois tous les trois ans dans une même parcelle. Le micro-granulé Force 1,5 G (téfluthrine) nécessite une application précise dans la raie de semis pour une efficacité optimale : la matière est peu mobile dans le sol et doit être déposée au plus près des semences. Ce produit ne peut être appliqué lui aussi qu'une fois tous les trois ans sur une même parcelle.

En conditions poussantes

Des dérogations pour l'utilisation de l'Oncol S (benfuracarbe) et le Belem (cyperméthrine) ont été demandées. Fin février elles n'avaient pas été accordées.
Dans ce contexte, les pratiques culturales revêtent toute leur importance dans la lutte contre les taupins. Derrière le retournement d'une prairie ou une culture intermédiaire, le risque est important car les repousses sont des lieux de pontes des taupins. L'humidité printanière constitue aussi une situation à risque élevé. Si la couche superficielle du sol demeure sèche, le taupin descend en profondeur et s'attaque moins aux plantules. Une plante qui lève lentement sera plus longtemps sensible aux attaques. Rechercher des variétés vigoureuses au départ est donc intéressant. Semer tard afin d'obtenir une levée rapide du maïs y participe mais peut avoir des conséquences sur le résultat de l'ensilage. Il s'agit donc plutôt de rechercher des conditions de semis poussantes, sans attendre la mi-mai, et d'avoir recours éventuellement à un engrais starter. Le travail du sol expose les larves au froid et aux prédateurs, et une préparation du sol bien régulière limite la facilité des contacts entre les semences et les taupins. À l'échelle de la rotation, le binage entre les rangs de maïs ou de luzerne et le déchaumage d'une céréale à paille détruisent une partie des taupins.

 

Les risques d'attaque de taupins sont augmentés en cas de printemps humide et avec des précédents vieilles prairies ou jachères. (Arvalis/Bayer CropScience)

Les risques d'attaque de taupins sont augmentés en cas de printemps humide et avec des précédents vieilles prairies ou jachères. (Arvalis/Bayer CropScience)

 

Source Réussir Bovins Viande Mars 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires