Maïs grain conservé humide : Veaux et vaches s'en régalent

Bernard Griffoul

Conserver le maïs grain sous forme humide plutôt que de payer pour le faire sécher a de multiples avantages. Et chacun peut choisir la solution de stockage qui lui convient le mieux.

Le Gaec des reflets de l'Adour a choisi le silo souple, le Gaec Legendre le silo couloir et la SCEA de Marque le boudin plastique et ponctuellement les big-bags. Ces trois exploitations des Landes conservent depuis plusieurs années du maïs sous forme humide pour complémenter leurs animaux (des cheptels de 30 à 80 Blondes d'Aquitaine), plutôt que de le faire sécher à la coopérative et de reprendre ensuite les quantités nécessaires.

Chaque éleveur a choisi sa solution de stockage, mais tous apprécient et confirment les avantages du maïs humide mis en avant par Arvalis – Institut du végétal : « Économie de frais de séchage, haute valeur nutritionnelle, simplicité d'utilisation, font du maïs grain conservé humide un aliment de choix pour la plupart des animaux ». Entre frais de séchage et taxes diverses, ramener du maïs grain à 15 % d'humidité coûte environ 35 euros la tonne, sans compter le transport. Le stocker humide à la ferme a un coût également, mais la plupart des solutions sont moins onéreuses. « On a la sécurité d'avoir notre meilleur maïs pour les animaux et on connaît nos frais, ajoute Christian Betbeder (Gaec des reflets de l'Adour). Nous gardons le meilleur pour l'ensilage et le suivant pour le grain humide. » « Le maïs grain humide est plus appétent que le maïs sec », souligne encore Thierry Discazeaux (SCEA de Marque à Peyrehorade). « Les génisses sont beaucoup plus régulières qu'avec une ration d'ensilage de maïs », indique Vincent Legendre qui élève ses génisses avec une ration sèche à base de maïs humide.

Qu'il soit broyé et ensilé ou inerté et aplati, le maïs grain conservé humide est à la fois appétent et bénéfique sur le plan nutritionnel. (B. Griffoul)

Qu'il soit broyé et ensilé ou inerté et aplati, le maïs grain conservé humide est à la fois appétent et bénéfique sur le plan nutritionnel. (B. Griffoul)

 

Ensilé ou inerté : c'est au choix

Quant aux techniques de conservation et de stockage, les éleveurs ont le choix en fonction de la taille de l'élevage, de la main d'oeuvre disponible, de la volonté d'investir ou pas… Le maïs grain humide peut être soit broyé et ensilé en silo couloir ou en boudin plastique, soit inerté en grain entier et stocké en silo souple ou en big-bags. Il peut également être ensilé ou inerté dans un silo tour. Arvalis préconise de récolter le maïs conservé sous forme ensilée entre 34 et 38 % d'humidité. Le moissonner trop sec (moins de 30 % d'humidité) fait courir le risque d'une mauvaise conservation car le tassement ne se fait pas correctement. Quant au broyage, la mouture sera pour la même raison d'autant plus fine que le maïs est moins humide. Toutefois, d'un point de vue nutritionnel, il est préférable de ne pas broyer trop fin ; il faut donc trouver le meilleur compromis par rapport à la conservation. L'inertage est un processus de conservation naturel. Après stockage dansun silo hermétique, les grains continuent à respirer pendant quelques heures. L'oxygène présent entre les grains est rapidement consommé et remplacé par du gaz carbonique qui forme un milieu inerte où le grain n'évolue plus. Il est recommandé de le récolter entre 26 et 33 % d'humidité. Il est ensuite repris au fur et à mesure des besoins avant d'être broyé ou de préférence aplati.

 

Silo couloir : reprise facile

Le silo couloir est une solution de stockage parmi les moins coûteuses. La réalisation du silo est rapide (de l'ordre de 3 minutes par tonne) et la reprise du maïs est tout aussi facile. Par contre, quand le silo est ouvert, il faut avancer de 5 à 10 centimètres par jour pour éviter l'échauffement du front d'attaque. Ce qui suppose de faire consommer des quantités relativement importantes, car le silo doit avoir une largeur d'au moins 3 mètres pour faciliter le tassement et la hauteur ne peut guère être inférieure à 1,50 mètre.

Le silo souple est formé d'une armature métallique supportant un sac étanche qui s'affaisse au fur et mesure qu'il se vide. Un cône enterré permet l'extraction par le bas. (B. Griffoul)

Le silo souple est formé d'une armature métallique supportant un sac étanche qui s'affaisse au fur et mesure qu'il se vide. Un cône enterré permet l'extraction par le bas. (B. Griffoul)

 

Silo boudin : souple et pratique

Le stockage en boudin est une nouvelle technique qui se développe depuis quelques années dans les élevages de bovins et offre beaucoup de souplesse. Elle ne nécessite aucun investissement et le volume stocké peut facilement être adapté selon les besoins de l'exploitation.
Une fois récolté, le maïs est ensilé à l'aide d'une machine spécifique qui broie le grain et le compresse dans un boudin en polyéthylène de 1,20 mètre de diamètre. Réalisé par une entreprise ou en Cuma, le chantier est très rapide (7 minutes par tonne). Et il s'agit d'une solution relativement peu coûteuse.
Le principal inconvénient est ailleurs : la reprise du maïs est difficilement mécanisable. Les services techniques recommandent de mettre le boudin sur une surface bétonnée pour faciliter la reprise mais aussi pour limiter les attaques de rongeurs.

Les big-bags sont constitués d'un sac extérieur, d'une durée de vie de 5 ans, et d'une poche intérieure, non réutilisable, qui reçoit le grain et assure l'étanchéité. (B. Griffoul)

Les big-bags sont constitués d'un sac extérieur, d'une durée de vie de 5 ans, et d'une poche intérieure, non réutilisable, qui reçoit le grain et assure l'étanchéité. (B. Griffoul)

 

Silo souple étanche : peu de manutention

Il y a quelques années, est apparu dans le Sud-Ouest, un nouveau système de stockage du maïs grain humide : le silo souple. Importé de Suède (marque Samle) par l'entreprise Laplace, à Pau, il est formé d'un sac étanche suspendu à l'intérieur d'une armature métallique par des cordages et des poulies. Il permet de conserver le maïs humide en grain entier par inertage. Le remplissage (3 minutes par tonne) s'effectue par le haut au travers d'une ouverture circulaire qui est ensuite fermée hermétiquement. Le silo est pourvu d'une base conique enterrée qui permet l'extraction du grain par le bas à l'aide d'une vis équipée d'une fermeture étanche à l'air. La toile PVC s'affaisse au fur et à mesure que le silo se vide. Selon le diamètre et la hauteur, ce type de silo peut stocker de 15 à 240 m3.
Il convient donc à tout type d'exploitation. Amorti sur dix ans, il reste tout de même une des solutions les plus onéreuses, surtout s'il faut construire un bâtiment pour l'abriter.

Big-bags : fastidieux à remplir

Les big-bags, qui peuvent contenir 850 kilos de maïs humide, sont surtout adaptés au stockage de petits volumes car ils sont très fastidieux à remplir. L'ensachage nécessite la présence de trois personnes et de l'ordre de 10 minutes par sac. Le principal avantage du big-bag est son faible coût : 25 euros pour le sac, qui a une durée de vie de cinq ans, et 3 euros pour la poche, qui doit être remplacée tous les ans, soit 8 euros par sac et par an.
n Silo tour : pour de très gros volumes
Si le silo tour, construit en acier vitrifié, est idéal en terme de manutention, aussi bien pour le stockage que pour la reprise, il est réservé, vu le niveau d'investissement, à des élevages qui doivent stocker au moins 450 m3 de maïs. Toutefois, il est possible d'acquérir du matériel d'occasion, ce qui ramène le seuil de rentabilité à 100 m3, soit les besoins d'un troupeau naisseur – engraisseur d'au moins 80 vaches, a chiffré Didier Lahitte, ingénieur bovins viande à la chambre d'agriculture des Landes.

Source Réussir Bovins Viande Juin 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires