Niger : La maîtrise de la reproduction au coeur du programme d'amélioration génétique

Emilie Durand

Un programme d'amélioration des races bovines locales vient d'être inauguré au Niger. Utilisant l'insémination animale, ce programme aura pour but de conserver le patrimoine génétique du Zébu Azawak et de valoriser le cheptel national afin d'accroître le revenu des éleveurs. Maîtriser la reproduction avec la constitution d'une banque de semence des lignées les plus performantes, assurer la diffusion de ces semences et la vulgarisation des pratiques d'insémination font partie des grands axes à développer. Les élevages africains ont la particularité d'être basés sur le pastoralisme.

Le bétail dans les régions pastorales africaines a une valeur sociale et économique avant d'être un produit de consommation. (Marco Schmidt)

Le bétail dans les régions pastorales africaines a une valeur sociale et économique avant d'être un produit de consommation. (Marco Schmidt)

« Comme la monnaie pour l'économie moderne, le bétail est au centre de l'économie pastorale. Le bétail est un dépôt assurant des fonctions économiques et sociales importantes », commentent Cheikh M. Dione et Samba Racine Sow, chercheurs sénégalais. Une vache est considérée comme un placement sûr, un refuge contre l'inflation. Elle donne du prestige à son propriétaire et est une dot très recherchée. « Le bétail est là où l'on garde son épargne à côté de la main alors que les banques sont à des kilomètres. » Si ces éléments peuvent être un frein au développement de certaines techniques, le pastoralisme a tout de même de sérieux atouts : viande produite à un coût compétitif, adaptation de la production aux aléas climatiques…

Sources : africanglobalnews.com et french.xinhuanet.com

Source Réussir Aviculture Novembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires