Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Maintien des prix des vaches, baisse dans les JB en France.

Office de l'Elevage / DEP

Le déficit en viande dans l'UE qui est de 411.000 tec en 2007 (contre 304.000 en 2006) est estimé à 450.000 tec en 2008. La production devrait baisser de 1 %. Parmi les principaux pays producteurs (avec Allemagne, Italie, Irlande, Royaume-Uni), seule la production française serait en hausse (+ 2 %), de 4 % en JB, + 1 % en vaches et + 1 % en veaux.

En semaine 04, dernière semaine publiée, le prix moyen communautaire des gros bovins continue de progresser, de 0,5 %, à 2,85 € le kg. Il dépasse ainsi à la fin de ce premier mois de l'année, de 1,3 % son niveau de 2007. C'est la limitation de l'offre en vaches et la demande calme en viande de JB qui sont à l'origine de cette situation. Le prix moyen baisse en France et en Allemagne où le début du carnaval et les vacances scolaires ralentissent l'activité. Par contre, il progresse toujours en Irlande (+ 1,3 %) et en Italie (+ 2,7 %).

Les cours des JB R3 sont pratiquement stables sur la semaine, à 3,15 € le kg. Ils sont de 0,5 % supérieurs à leur niveau de 2007. Les prix sont en hausse de 0,9 % en Italie et de 0,7 % en Irlande, mais en baisse de 0,7 % en Allemagne. La bonne demande italienne profite aux exportations irlandaises. Les prix actuels sont nettement au dessus de ceux de 2007 : de 4,9 % en Allemagne, de 7 % en Italie et de 6,8 % en Irlande.

Le prix moyen des vaches O3 recule de 0,5 %, à 2,32 € le kg. Il se situe 4,2 % au dessus de celui de 2007. Il est stable en Allemagne, en hausse de 0,7 % aux Pays-Bas et de 2,4 % en Irlande. Les demandes de prime « bien-être » à la vache allaitante dans ce pays pourraient atteindre 700 000 animaux (soit environ 30 000 élevages) au lieu des 300 000 prévus. Dans ces 3 pays, le niveau de prix reste nettement supérieur à celui de 2007 : + 3,8 % en Allemagne, + 5,3 % aux Pays-Bas et + 8,4 % en Irlande.

Dans le secteur du veau, d'une semaine sur l'autre, l'orientation des prix est la même : hausse de 2,7 % pour les veaux de 8 jours, à 163,27 € la tête ( 11,8 % en un an) et baisse de 1,8 % pour la viande, à 6,13 € le kg (+ 31,8 % en un an). La baisse est sensible aux Pays-Bas ( 1,8 %), mais surtout en Italie, avec 5,2 %. La stagnation de la consommation est à l'origine de la chute du prix.

En France, en semaine 05, le prix moyen des gros bovins connaît un nouveau réajustement à la baisse, de 1 centime, à 3,10 € le kg. Il reste de 2,3 % supérieur à son niveau de 2007 à la même période. Une demande en viande de plus en plus limitée et une offre modérée, surtout en vaches, contribuent à cette situation.
La baisse des disponibilités en vaches fait que les prix se maintiennent pour toutes les classes d'animaux. Mais dans certaines régions (Pays de Loire, Poitou-Charentes) les prix des vaches O baissent de 2 centimes et ceux des vaches P de 4 centimes du kg. Les cours actuels restent parfois nettement supérieurs à ceux de 2007 : + 0,9 % pour les R, + 8,4 % pour les O et + 10,5 % pour les P. En 2007, alors que les abattages de gros bovins ont progressé de 1,6 %, ceux des vaches ont diminué de 3,1 % par rapport à 2006.

Les prix des JB enregistrent une baisse de 1 centime du kg pour les bonnes qualités U et R et de 2 centimes pour les O. Une certaine rétention en ferme mettrait sur les marchés des animaux trop lourds (450 kg) et trop âgés qui ne correspondent pas à la demande. Toutes les classes restent au dessus des niveaux de prix de 2007 : + 1,5 % pour les U, + 2,6 % pour les R et + 1,7 % pour les O.

Dans le secteur des broutards, le manque d'offre contribue à la reconduction des prix pour les animaux de qualité (en mâles limousins de 290 kg, en femelles charolaises de 270 kg et en mâles croisés de 300kg). Les animaux plus lourds (mâles charolais de 350 et 450 kg) enregistrent des baisses de 4 à 5 centimes du kg.

Le prix moyen des veaux de boucherie enregistre un nouvel ajustement à la baisse, cette semaine, de 3 centimes, à 6,67 € le kg. Il est cependant de 23,4 % supérieur à son niveau de 2007. Au cours de cette année, les abattages de veaux ont été en repli de 7,7 % par rapport à 2006, ce qui traduit bien, du côté des engraisseurs, la correspondance entre les sorties et les besoins des consommateurs.

Les prix des veaux de 8 jours, à 121,37 € le kg, progresse de 1,7 % sur la semaine (mais 20,1 % sur un an). Pour un mois encore les disponibilités sont suffisantes pour satisfaire la demande en France puisqu'on est sur un plateau de vêlages des mois de janvier et de février.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires