Note de conjoncture - Secteur de la viande bovine : Nette remontée des prix des vaches de qualité industrielle.

FranceAgriMer

Dans l'UE, en semaine 15, qui correspond à la semaine de Pâques, le prix moyen des gros bovins progresse de 0,3 %, à 2,86 € le kg, en repli de 2,1 % par rapport à la même période de 2008. Depuis le début de l'année, il est en hausse de 0,4 %. Le marché se caractérise par un manque de consommation et par des besoins limités des abattoirs mais les sorties d'élevage sont relativement modérées. Cette sorte d'équilibre fragile met pour l'instant fin aux baisses prononcées des prix des semaines précédentes. Le prix moyen est stable en Italie et en Irlande, progresse de 0,4 % en Allemagne, mais recule nettement ( 2,7 %) aux Pays-Bas en raison de difficultés de valorisation de la carcasse.

Le cours moyen des JB R3 est reconduit à 3,27 € le kg. Il est de 4,3 % supérieur à celui de 2008 mais baisse de 0,8 % depuis le début de l'année. Le prix allemand recule de 0,6 % et le prix italien est inchangé. Celui-ci, à 3,80 € le kg reste le plus élevé de l'UE, avec environ + 15 % sur les prix français et allemand. Par rapport à 2008, l'évolution des cours reste positive : + 1,3 % en Allemagne, + 9,3 % en Italie.
En Irlande, malgré l'afflux de bovins engraissés en provenance d'Irlande du Nord et la réduction des abattages au Royaume-Uni, son principal débouché, la cotation des boeufs R3 est stable à 2,94 € le kg ( 10,1 % en un an).

Le prix des vaches O3 progresse en moyenne de 0,6 %, à 2,31 € le kg. Il est cependant de 5,9 % inférieur à celui de 2008 mais se situe au-dessus de son niveau de début d'année (+ 1 %). Il faut souligner que dans les principaux pays producteurs le prix est en recul : de 0,2 % en Allemagne ( 12 % en un an), de 0,3 % aux Pays-Bas ( 6,3 %) et de 2,4 % en Irlande ( 9,7 %). A 2,53 € le kg le cours français est le plus élevé, avec 8 % de plus que les prix néerlandais et allemand.

Dans la filière veau, le prix de la viande continue de baisser, de 1,1 % sur la semaine, à 4,79 € le kg, avec un recul de 3,7 % aux Pays-Bas (la demande y est tout à fait ralentie) et de 0,7 % en Italie.
Le cours des veaux de 8 jours, à 186,76 € la tête, progresse de 2,9 % sur la semaine (et de 11,7 % sur l'année), avec une situation contrastée entre les Pays-Bas ( 5,6 %) et l'Italie (+ 4,7 %). Les Pays-Bas sont tributaires de l'offre allemande bon marché.

En cumul depuis le début de l'année et jusqu'au 12 avril, les expéditions de viande de veau vers la France, l'Italie et l'Allemagne sont en recul de 14,2 %. Si on compare la semaine 15 à la même semaine de 2008, le recul est de 19,6 %.

En France, les prix suivent leur courbe saisonnière habituelle, avec une moindre présence de vaches de réforme sur les marchés et des sorties de JB importantes. Le prix moyen des gros bovins progresse de 1 centime, en semaine 16, à 2,94 € le kg. Il est de 3,3 % inférieur à celui de 2008 mais dépasse de 0,7 % son niveau du début de l'année.

Les cours des JB sont, comme la semaine précédente, en net repli, en cette période de fortes sorties :  3 centimes le kg pour les U (à 3,43 € le kg),  4 centimes pour les R (à 3,14 €) et  1 centime pour les O (à 2,69 €). Comparés à ceux de 2008, les prix actuels sont à + 2,7 % pour les U, à + 1,9 % pour les R et à  2,2 % pour les O.

Le marché des vaches se caractérise par un raffermissement de la demande sur les qualités industrielles (suite au réapprovisionnement des collectivités pour la rentrée) avec une hausse de 4 centimes du kg pour les O et les P, respectivement à 2,86 et 2,38 € le kg. La cotation de la qualité bouchère R (races à viande) est inchangée, à 3,10 € le kg. L'offre réduite en vaches de réforme laitières contribue à la remontée des prix. Ils restent néanmoins nettement en dessous de leur niveau de 2008 :  4,6 % pour les R,  6,8 % pour les O et  7,4 % pour les P.

Dans la filière veau, le prix de la viande enregistre un nouvel ajustement à la baisse de 1 centime, à 5,44 € le kg. La période de Pâques n'est pas particulièrement favorable à la consommation de veau. Le cours actuel est de 6,9 % en dessous de celui de 2008.

Dans le secteur des broutards, les prix restent stables, à l'exception de ceux des mâles charolais de 350 kg qui progressent de 2 centimes du kg. Les intégrateurs italiens sont moins présents, ce qui peut expliquer en particulier le plafonnement du prix des charolais lourds (450 kg). Mais les prix pratiqués en ce moment sont toujours largement au-dessus de ceux de 2008, de 14 à 22 % selon les races et le poids des animaux.

Pour les veaux de 8 jours, la remontée du prix moyen se poursuit : de 1,7 % sur la semaine, à 139,28 € la tête (+ 3,7 % en un an) avec la fin des vêlages en veaux laitiers. Les intégrateurs français achètent des veaux allemands (en Allemagne le pic des vêlages se situe en avril) mais, compte tenu des frais de transport, ceux-ci arrivent à un prix équivalent à ceux des veaux locaux.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires