Nuisibles de nos prairies : LA TAUPE ET LE CAMPAGNOL TERRESTRE : DEUX NUISIBLES A DIFFERENCIER

Dr Didier GUERIN / Aurélien LEGRAND

Les infestations des prairies par les taupes ou les campagnols terrestres constituent des problématiques récurrentes dans nos zones à aborder de manière spécifique.

La gestion des exploitations implique de prendre en compte tous les facteurs pouvant entraîner des pertes de production en particulier pour les fourrages. C'est pourquoi les envahissements par la taupe ou le campagnol terrestre nécessitent une approche rationnelle.

Des moyens visuels pour différencier ces deux pensionnaires des prairies

L'évacuation des déblais constitue un critère de reconnaissance entre le campagnol terrestre et la taupe. Pour le campagnol terrestre, on observe une répartition homogène des “ taupinières ” par taches avec des puits obliques et un diamètre des galeries permettant le passage de trois doigts. Par contre, pour la taupe, la répartition des taupinières se présente souvent en lignes avec des puits verticaux et un diamètre des galeries permettant le passage de deux à trois doigts. Si un doute existe sur l'identité du nuisible rencontré, regardez avec précision et faîtes appel à un technicien de GDS Services 23 pour confirmer ou infirmer votre suspicion.

Des pertes de production en quantité et qualité et des dégâts matériels conséquents

Une taupinière fait de 12 à 50 cm de diamètre, multiplié par le nombre, la perte en herbe devient conséquente. On peut avoir un préjudice allant de 5 à 30% de la surface, voire 50% pour certains enclos à moutons infestés par les taupes. De plus, les récoltes de foin et d'ensilage sont de mauvaise qualité sans oublier les dégâts matériels. La perte totale due à la présence de taupes ou de campagnol terrestre peut atteindre 4.000 à 5.000 € sur une exploitation.

Des méthodes de luttes spécifiques à chaque espèce. Le phosphure d'hydrogène (PH3) : produit homologué et reconnu pour le traitement des taupes

La méthode consiste à introduire dans les galeries des générateurs de gaz sous forme de pastilles qui, réagissant avec l'humidité du sol, forment des bouchons de PH3 allant jusqu'à 1 mètre. Quand la taupe passe dans ses bouchons, elle s'asphyxie et meurt. Cette méthode a été éprouvée lors de recherches, il en ressort une efficacité de l'ordre de 80 à 90%. En tout début d'infestation par le campagnol terrestre, le PH3 est également actif. Malgré sa présence à l'état naturel, mais sans risque (car à concentration faible), le gaz PH3 est très toxique et par conséquent son utilisation est réglementée. Comme autres méthodes, le piégeage et l'empoisonnement à l'alphachloralose peuvent être utilisées. Elles nécessitent une rigueur et un suivi quotidien afin de garantir des résultats.

 

Intervenir en automne et/ou au printemps

En fonction de la biologie de la taupe, deux éléments déterminent les périodes d'intervention : d'une part, une période humide fait que les taupes se trouvent plus en surface et, ainsi, extériorisent leur présence et permet une pleine efficacité du PH3 ; d'autre part, la période de reproduction se situe au printemps et entraîne une augmentation de l'activité. Cela implique que la lutte contre les taupes sera plus indiquée à l'automne et au printemps.

7 techniciens agréés à votre disposition

GDS Services 23, structure agréée DAPA (Distributeur et Applicateur de Produits Antiparasitaires) a 7 techniciens certifiés pour intervenir. Dans le milieu agricole, la lutte est réalisée sur de grandes étendues. Dans un souci de rendre plus abordable ce service, GDS Services 23 a développé un système de collaboration avec 1 à 5 personnes placées sous la responsabilité du technicien. A la lumière des chantiers réalisés la campagne dernière, les techniciens de GDS Services 23 ont calculé que, dans ces conditions, le coût se situe aux alentours de 10 € par hectare pour un chantier réalisé à 6 personnes, avec des variations selon le degré d'infestation.

Le campagnol terrestre : un cadre réglementaire collectif pour l'utilisation de la bromadiolone

Pour lutter contre le campagnol terrestre, l'emploi de la bromadiolone n'est possible que dans le cadre d'une lutte collective confiée aux GDON (Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) et FDGDON (Fédération Départementale des GDON) sous le contrôle du SRPV (Service Régional de la Protection des Végétaux). Tout agriculteur intéressé par l'utilisation de bromadiolone doit :
Etre adhérent à un GDON (consulter son GDA qui en est le support administratif).
Faire un relevé de densité (infestation <50% pour pouvoir utiliser la bromadiolone). Les feuilles de relevé de densité sont disponibles dans chaque GDA ou sur www.gds-services23.fr.
Informer son GDA qu'il souhaite mettre en place cette lutte sur son exploitation en lui fournissant la feuille de relevé dûment remplie.
Le traitement doit alors intervenir dans les 30 jours qui suivent le relevé de densité.

Un schéma départemental pour une simplification de l'organisation

Pour la réalisation pratique du traitement avec la bromadiolone, le schéma départemental suivant a été mis en place :
Les appâts utilisables sont des appâts secs prêts à l'emploi colorés en bleu dosant 0,005% de bromadiolone.
Les besoins sont notés sur la fiche de relevé de densité fournie à son GDA. La fourniture est alors réalisée par GDS Services 23.
Les appâts sont introduits sous terre afin de ne pas être accessibles en surface. Les parcelles font l'objet d'une surveillance pendant 3 semaines pour s'assurer que les appâts sont enfouis correctement et, dans la mesure du possible, ramasser les animaux empoisonnés.
Un registre des traitements avec quantité d'appâts reçus et utilisés, lieux de traitement et dates d'intervention doit être tenu.
Les autres obligations demandées sont traitées par le GDSCC afin d'assurer le suivi administratif auprès des différentes structures concernées.

Une nouvelle campagne de traitement du campagnol terrestre

L'activité importante du campagnol terrestre en début de printemps nécessite la mise en place d'une campagne de traitement au sein de notre département. Si vous êtes confrontés à une infestation de campagnols terrestres, agissez avant que la densité ne soit trop importante. Remplissez et fournissez très rapidement votre feuille de relevé de population à votre GDA afin de pouvoir être intégré dans le schéma de lutte collective mis en place sur les mois de mars - avril en Creuse. Contacter votre GDA ou le GDSCC pour plus de renseignements.

 

En conclusion, intervenir

Que vous soyez confrontés à de la taupe ou du campagnol terrestre, cela nécessite de mettre en place une lutte régulière mécanique ou chimique pour contenir les populations afin de limiter les conséquences en matière de production, d'impact sanitaire et de sécurité. Pour plus de renseignement n'hésitez pas à contacter le GDSCC ou GDS Services 23.

Source Groupement de Défense Sanitaire du Cheptel Creusois

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires